2Maccabées (LIT) 1



Second Livre des Martyrs d'Israel

CHAPITRE 1

1 1 « Aux frères juifs qui sont en Égypte, salut ! Leurs frères juifs qui sont à Jérusalem et dans le pays de Judée leur souhaitent paix et prospérité.
2
Que Dieu vous comble de bienfaits ; qu'il se souvienne de son alliance en faveur d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, ses fidèles serviteurs !
3
Qu'il vous donne à tous un cœur pour l'adorer, pour accomplir ses volontés généreusement et de plein gré !
4
Qu'il ouvre votre cœur à sa Loi et à ses décrets ; qu'il établisse la paix !
5
Qu'il exauce vos demandes, se réconcilie avec vous et ne vous délaisse pas au temps du malheur !
6
Telle est la prière que nous formulons pour vous ici, en ce moment.
7
Sous le règne de Démétrios, en l'année 169 de l'empire grec, nous, les Juifs, nous vous avons écrit ceci : « Au plus fort de la détresse qui s'est abattue sur nous durant ces années-là, alors que Jason et ses compagnons avaient trahi la Terre sainte et le royaume,
8
mis le feu au portail du Temple et répandu le sang des innocents, nous avons imploré le Seigneur et il nous a exaucés. Nous avons offert des sacrifices et de la fleur de farine, allumé les lampes et présenté les pains.»
9
Et maintenant, nous vous invitons à célébrer les jours de la fête des Tentes du mois de Kisléou.
10
Écrit en l'année 188 de l'empire grec. » « Les habitants de Jérusalem et de la Judée, le Conseil des anciens et Judas, à Aristobule, le précepteur du roi Ptolémée, issu de la lignée des prêtres consacrés, ainsi qu'aux Juifs d'Égypte : salut et bonne santé !
11
Sauvés par Dieu de graves périls, nous le remercions grandement, nous qui combattons contre le roi,
12
car Dieu lui-même a vaincu ceux qui voulaient attaquer la Ville sainte.
13
En effet, leur chef, qui s'était rendu en Perse avec une armée apparemment invincible, fut mis en pièces dans le temple de la déesse Nanéa, victime d'un stratagème de ses prêtres.
14
Sous le prétexte d'épouser la déesse, Antiocos s'était rendu dans ce lieu, avec ses amis, afin d'en prendre les très grandes richesses à titre de dot.
15
Les prêtres du sanctuaire de Nanéa les avaient étalées devant lui. Antiocos lui-même pénétra avec quelques hommes dans l'enceinte du lieu de culte. Mais dès qu'il fut entré, les prêtres fermèrent le temple,
16
ouvrirent la porte secrète du plafond et abattirent le chef et ses hommes en lançant des pierres. Puis ils dépecèrent les corps, coupèrent les têtes et les jetèrent à ceux qui étaient dehors.
17
Béni soit notre Dieu en toutes choses, lui qui a livré les impies à la mort !
18
Comme nous allons bientôt célébrer la purification du Temple, le vingt-cinq du mois de Kisléou, nous avons estimé devoir vous en informer, afin que vous la célébriez, vous aussi, à la manière de la fête des Tentes, et en souvenir du feu qui se manifesta quand Néhémie, après avoir rebâti le Temple et l'autel, offrit des sacrifices.
19
En effet, lorsque nos pères furent emmenés en Perse, les prêtres d'alors, remplis de piété, prirent du feu de l'autel et le cachèrent secrètement dans la cavité d'un puits qui se trouvait à sec. Ils l'y mirent en sécurité de manière à ce que l'endroit demeure ignoré de tous.
20
Bien des années plus tard, au moment choisi par Dieu, Néhémie, envoyé par le roi de Perse, fit rechercher ce feu par les descendants des prêtres qui l'avaient caché. Ceux-ci informèrent Néhémie qu'ils n'avaient pas trouvé de feu, mais plutôt un liquide épais, et Néhémie leur ordonna d'en puiser et d'en rapporter.
21
Quand on eut tout préparé pour les sacrifices, Néhémie ordonna aux prêtres de répandre ce liquide sur le bois et sur ce que l'on y avait déposé.
22
Après cela, il se passa un peu de temps. Le soleil, d'abord caché par les nuages, se mit à briller. Alors, un grand brasier s'alluma, à la stupéfaction de tous.
23
Pendant que le sacrifice se consumait, les prêtres prononcèrent une prière et, avec les prêtres, tous ceux qui étaient présents. Jonathan commençait, et les autres, de même que Néhémie, joignaient leurs voix à la sienne.
24
Cette prière était ainsi formulée : Seigneur, Seigneur Dieu, créateur de toutes choses, redoutable et fort, juste et miséricordieux, toi, le seul roi, le seul bon,
25
le seul généreux, le seul juste, tout-puissant et éternel, tu sauves Israël de tout mal, tu as fait de nos pères tes élus et tu les as sanctifiés.
26
Accepte ce sacrifice offert pour tout ton peuple, Israël ; protège ta part d'héritage, sanctifie-la.
27
Rassemble nos frères dispersés, libère ceux qui sont esclaves parmi les nations, jette les yeux sur ceux que l'on méprise et dont on se détourne avec dégoût. Ainsi, les nations reconnaîtront que toi, tu es notre Dieu.
28
Tourmente ceux qui nous oppriment, qui nous écrasent de leur orgueil plein d'arrogance.
29
Enracine ton peuple dans ton Lieu saint, comme l'a dit Moïse.
30
Les prêtres, alors, chantèrent les hymnes au son des harpes.
31
Quand ce qui était offert en sacrifice fut entièrement consumé, Néhémie ordonna de répandre encore le reste de l'eau sur de grandes pierres.
32
Après cela, une flamme s'alluma, mais son éclat fut absorbé par la lumière qui rayonnait en face, en provenance de l'autel.
33
L'événement fut bientôt connu. On rapporta au roi des Perses qu'à l'endroit où les prêtres exilés avaient caché le feu sacré, était apparue une eau avec laquelle Néhémie et ceux qui l'entouraient avaient sanctifié par le feu ce qui était offert en sacrifice.
34
Après avoir vérifié le fait, le roi fit clôturer cet endroit et le rendit sacré.
35
À ceux qui avaient sa faveur, le roi donnait une part des grands revenus qu'il en retirait.
36
Néhémie et ceux qui l'entouraient appelèrent cette eau « nephtar», ce qui signifie « purification». Mais on l'appelle généralement « naphte».

CHAPITRE 2

2 1 On peut lire dans les archives que le prophète Jérémie donna l'ordre aux déportés d'emporter du feu sacré, comme on vient de l'indiquer.
2
Après avoir donné aux déportés un exemplaire de la Loi, le prophète leur recommanda aussi de ne pas oublier les décrets du Seigneur et de ne pas laisser leurs esprits s'égarer au spectacle des statues d'or et d'argent, revêtues de leur parure.
3
Parmi d'autres conseils du même genre, il les encouragea à ne pas laisser la Loi s'écarter de leur cœur.
4
Ce document racontait aussi comment le prophète, averti par un oracle, avait ordonné que la Tente et l'Arche l'accompagnent, lorsqu'il se rendit à la montagne que Moïse avait gravie pour contempler l'héritage promis par Dieu.
5
Arrivé là, Jérémie trouva un site caverneux. Il y introduisit la Tente, l'Arche et l'autel de l'encens, puis il en obstrua l'accès.
6
Quelques-uns de ceux qui l'avaient accompagné revinrent pour marquer de signes le chemin, mais ils ne purent le retrouver.
7
Quand Jérémie l'apprit, il leur fit des reproches et leur dit : « Ce lieu restera inconnu, jusqu'à ce que Dieu ait accompli le rassemblement de son peuple et lui ait montré sa miséricorde.
8
Alors, le Seigneur fera voir de nouveau ces objets ; alors, la gloire du Seigneur se manifestera, ainsi que la nuée, comme elle se montrait au temps de Moïse et lorsque Salomon adressa une supplication pour que le Lieu saint soit magnifiquement consacré.»
9
Le document rapportait aussi comment Salomon, cet homme plein de sagesse, offrit un sacrifice pour la dédicace et l'achèvement du Temple.
10
De même que Moïse avait prié le Seigneur et obtenu que le feu tombe du ciel pour dévorer ce qui était offert en sacrifice, de même Salomon pria, et le feu venu d'en haut consuma les holocaustes.
11
Moïse avait dit : « C'est parce qu'il n'a pas été mangé que le sacrifice offert pour le péché a été consumé par le feu.»
12
Comme Moïse l'avait fait, Salomon prolongea la fête pendant huit jours.
13
Les mêmes faits étaient relatés dans les archives et les mémoires de Néhémie, où l'on racontait en outre comment celui-ci constitua une bibliothèque, en rassemblant les livres concernant les rois et les prophètes, les œuvres de David et les lettres des rois concernant les dons.
14
De la même façon, Judas, lui aussi, a rassemblé tous les livres dispersés à cause de la guerre qu'on nous a faite. Ils sont maintenant à notre disposition.
15
Donc, si vous en avez besoin, envoyez des gens qui vous les rapporteront.
16
Nous allons bientôt célébrer la purification du Temple, et c'est pour cela que nous vous écrivons : il serait bon que vous célébriez, vous aussi, les jours de cette fête.
17
C'est Dieu qui a sauvé tout son peuple et qui a donné à tous l'héritage, la royauté, le sacerdoce et la sanctification,
18
comme il l'avait promis par la Loi. Ce Dieu, nous l'espérons, aura très vite pitié de nous et nous rassemblera de toutes les régions qui sont sous le ciel vers le Lieu saint. Car il nous a déjà arrachés à de grands malheurs et a purifié le Lieu saint. »
19
Je vais vous faire le récit des événements survenus au temps de Judas Maccabée et de ses frères : la purification du Temple magnifique et la dédicace de l'autel,
20
les guerres soutenues contre Antiocos Épiphane et contre son fils Eupator,
21
les manifestations célestes qui se produisirent en faveur de ceux qui rivalisèrent d'exploits pour le judaïsme. Ceux-ci, en effet, malgré leur petit nombre, pillèrent toute la région et pourchassèrent les hordes barbares,
22
reconquirent le Temple célèbre dans le monde entier, délivrèrent la ville et rétablirent les lois menacées d'abolition, grâce à l'entière bienveillance du Seigneur qui leur était favorable.
23
Tout cela, Jason de Cyrène l'a exposé en cinq livres, que nous allons tenter de résumer en un seul ouvrage.
24
En effet, devant le flot des chiffres et la difficulté qu'éprouvent ceux qui veulent pénétrer dans le récit détaillé de cette histoire, à cause de l'abondance de la matière,
25
nous avons eu le souci de faire une œuvre agréable pour qui aime lire, et commode pour qui préfère retenir les choses par cœur, une œuvre utile à tous les lecteurs, quels qu'ils soient.
26
Mais pour nous qui avons entrepris ce pénible travail de résumé, la tâche, loin d'être aisée, nous coûta sueur et veilles ;
27
elle fut comparable à la délicate mission de celui qui prépare un banquet et recherche le bien-être des autres. Pourtant, en raison de la reconnaissance d'un grand nombre, nous supporterons volontiers ce pénible travail.
28
Laissant à l'auteur des cinq livres le soin d'entrer dans les détails de chaque événement, nous nous efforcerons de tracer les grandes lignes du résumé.
29
L'architecte d'une maison neuve doit surveiller l'ensemble de la construction, tandis que le peintre et le décorateur doivent rechercher ce qui convient à l'ornementation ; il en va de même pour nous, me semble-t-il.
30
Pénétrer dans le sujet, faire le tour des questions, examiner avec soin tous les détails, cela revient à celui qui, le premier, écrit l'histoire ;
31
mais celui qui en fait le résumé doit rechercher la concision du récit et renoncer à traiter le sujet de façon trop minutieuse.
32
Commençons donc ici notre récit, sans rien ajouter de plus à ce qui vient d'être dit, car il serait absurde d'être prolixe dans les préambules de l'histoire, mais concis dans l'histoire elle-même.

CHAPITRE 3

3 1 Les habitants de la Ville sainte jouissaient d'une paix totale ; on y observait au mieux les lois, grâce à la piété du grand prêtre Onias et à sa haine du mal.
2
À cette époque, les rois eux-mêmes en vinrent à honorer le Lieu saint et à rehausser la gloire du Temple par les dons les plus magnifiques.
3
Séleucos, roi d'Asie, couvrait lui-même de ses revenus personnels toutes les dépenses exigées par la liturgie des sacrifices.
4
Or, un certain Simon, de la tribu de Bilga, qui avait été nommé administrateur du Temple, se trouva en désaccord avec le grand prêtre, au sujet de la surveillance des marchés de la ville.
5
Comme il ne pouvait l'emporter sur Onias, il alla trouver Apollonios, fils de Thraséas, qui était à cette époque le gouverneur militaire de Cœlé-Syrie et de Phénicie.
6
Il le mit au courant du fait que le trésor de Jérusalem regorgeait de richesses inouïes, au point qu'on ne pouvait en calculer la somme, et qu'elles étaient sans proportion avec le budget requis pour les sacrifices. Il ajouta qu'il était possible de les faire tomber en la possession du roi.
7
Lors d'une entrevue avec le roi, Apollonios l'informa des richesses dont on lui avait dénoncé l'existence. Le roi désigna Héliodore, qui était à la tête de ses affaires. Il l'envoya avec l'ordre de procéder à l'enlèvement des richesses indiquées.
8
Aussitôt, Héliodore fit le voyage, officiellement pour visiter les villes de Cœlé-Syrie et de Phénicie, mais en fait pour exécuter le mandat du roi.
9
Arrivé à Jérusalem, il fut reçu avec bienveillance par le grand prêtre et par la ville. Il communiqua ce dont on l'avait informé et il exposa la raison de sa présence. Il désirait savoir, en effet, si tout cela correspondait bien à la réalité.
10
Le grand prêtre lui expliqua que le trésor contenait les dépôts de veuves et d'orphelins,
11
ainsi qu'une somme appartenant à Hyrcan, fils de Tobie, personnage qui occupait une situation très élevée. Contrairement aux allégations fallacieuses de l'impie Simon, l'ensemble ne comprenait que quatre cents talents d'argent et deux cents talents d'or.
12
D'ailleurs, ajouta-t-il, il était absolument inconcevable de léser ceux qui avaient mis leur confiance dans la sainteté de ce lieu, dans le caractère sacré et inviolable du Temple vénéré dans le monde entier.
13
Mais Héliodore, en raison des ordres qu'il avait reçus du roi, soutenait absolument que ces richesses devaient être confisquées au profit du trésor royal.
14
Au jour fixé par lui, il entra pour dresser l'inventaire de ces richesses. Grande fut l'angoisse qui se répandit alors dans toute la ville.
15
Les prêtres, prosternés devant l'autel en habits sacerdotaux, invoquaient le Ciel, lui qui avait institué la loi sur les dépôts, pour qu'il garde intacts les biens de ceux qui les avaient mis en dépôt.
16
À voir l'aspect du grand prêtre, on ne pouvait manquer d'être profondément blessé, tant son apparence et l'altération de son teint trahissaient l'angoisse de son âme.
17
La frayeur dont cet homme était envahi et le tremblement de son corps manifestaient clairement à ceux qui le regardaient la souffrance intime de son cœur.
18
Devant la profanation qui menaçait le Lieu saint, les gens se précipitaient en foule hors des maisons où ils se trouvaient, pour s'unir dans une supplication commune.
19
Les femmes, enveloppées d'une toile à sac serrée au-dessous de la poitrine, se répandaient dans les rues. Quant aux jeunes filles, habituellement retenues à l'intérieur, les unes couraient vers les portails, d'autres sur les murailles, d'autres encore se penchaient aux fenêtres.
20
Toutes faisaient monter leur imploration, les mains tendues vers le Ciel.
21
C'était pitié de voir la confusion de cette foule prostrée, et l'extrême angoisse dans laquelle attendait le grand prêtre.
22
Tandis qu'on invoquait le Seigneur tout-puissant pour qu'il garde intacts, en toute sécurité, les dépôts de ceux qui les avaient confiés au Temple,
23
Héliodore, lui, exécutait ce qui avait été décidé.
24
Mais à l'endroit précis où il se trouvait déjà, avec ses gardes, près de la salle du trésor, le Souverain des esprits célestes et de toute autorité se manifesta avec un tel éclat que tous ceux qui avaient eu l'audace d'entrer, frappés par la force de Dieu, défaillirent d'épouvante.
25
Un cheval leur apparut, monté par un redoutable cavalier et orné d'un harnachement somptueux. S'élançant avec impétuosité, il projetait les sabots antérieurs vers Héliodore. L'homme qui le chevauchait paraissait avoir une armure d'or.
26
En même temps lui apparurent deux autres jeunes gens, d'une force extraordinaire, éclatants de beauté et magnifiquement vêtus. Se plaçant de part et d'autre d'Héliodore, ils le flagellaient sans relâche, lui portant une grêle de coups.
27
Subitement, Héliodore fut terrassé et environné d'épaisses ténèbres ; on le ramassa pour le mettre sur une civière.
28
Cet homme, qui venait de pénétrer dans la salle du trésor avec une escorte nombreuse et toute sa garde, n'était plus d'aucun secours à lui-même ; on l'emporta, en reconnaissant ouvertement le pouvoir de Dieu.
29
Lui, par l'action de la force divine, gisait sans voix, privé de tout espoir de salut ;
30
les autres bénissaient le Seigneur qui avait grandement glorifié son Lieu saint. Le Temple qui, un instant auparavant, était rempli de frayeur et de trouble, débordait de joie et d'allégresse, grâce à la manifestation du Seigneur tout-puissant.
31
Bien vite, quelques-uns des compagnons d'Héliodore supplièrent Onias d'invoquer le Très-Haut et d'obtenir la grâce de la vie pour cet homme qui gisait là et en était à son tout dernier souffle.
32
Le grand prêtre, dans la crainte que le roi ne soupçonne les Juifs d'avoir commis un mauvais coup contre Héliodore, offrit un sacrifice pour le salut de cet homme.
33
Or, tandis qu'il accomplissait le sacrifice d'expiation, les mêmes jeunes gens, revêtus des mêmes habits, apparurent une seconde fois à Héliodore. Ils se tinrent près de lui et lui dirent : « Rends pleinement grâce à Onias, le grand prêtre, car c'est à cause de lui que le Seigneur t'a accordé la grâce de vivre.
34
Toi qui as été flagellé par le Ciel, proclame devant tous le pouvoir grandiose de Dieu. » Après ces paroles, ils disparurent.
35
Héliodore présenta un sacrifice au Seigneur et adressa de ferventes prières à Celui qui lui avait conservé la vie. Puis il prit congé d'Onias et revint avec son armée auprès du roi.
36
À tous, il rendait témoignage des œuvres du Dieu très grand, œuvres qu'il avait contemplées de ses yeux.
37
Lorsque le roi lui demanda quel genre d'homme il conviendrait d'envoyer une fois encore à Jérusalem, Héliodore répondit :
38
« Si tu as quelque ennemi ou conspirateur contre les affaires publiques, envoie-le là-bas, et il te reviendra roué de coups, si du moins il en réchappe, car il y a vraiment une force divine autour du Lieu saint.
39
En effet, Celui qui a sa demeure dans le ciel veille lui-même sur ce lieu et le protège : ceux qui s'en approchent avec des intentions mauvaises, il les frappe et les fait périr. »
40
C'est ainsi que se déroulèrent les événements concernant Héliodore et la préservation du trésor.

CHAPITRE 4

4 1 Simon, dont il a déjà été question, était devenu celui qui dénonçait les richesses de sa patrie. Il continuait à calomnier Onias, en prétendant que c'était lui qui avait assailli Héliodore et provoqué ce malheur.
2
Il osait présenter le bienfaiteur de la ville, le protecteur des gens de sa nation, l'ardent défenseur des lois, comme un conspirateur contre les affaires publiques.
3
Cette haine alla si loin que même des meurtres furent commis par l'un des partisans de Simon.
4
Considérant l'importance de cette rivalité, et constatant qu'Apollonios, fils de Ménesthée, gouverneur militaire de Cœlé-Syrie et de Phénicie, ne faisait qu'accroître la malveillance de Simon,
5
Onias se rendit chez le roi, non comme accusateur de ses concitoyens, mais pour veiller à l'intérêt général de tout le peuple et de chacun en particulier.
6
Il voyait bien, en effet, que sans une intervention royale, il était impossible de rétablir la paix publique, et que Simon ne mettrait pas un terme à sa folie.
7
Après la mort de Séleucos et l'accès au trône d'Antiocos surnommé Épiphane, Jason, le frère d'Onias, usurpa la charge de grand prêtre.
8
Au cours d'une entrevue avec le roi, il lui promit trois cent soixante talents d'argent de l'impôt, ainsi que quatre-vingts talents prélevés sur quelque autre revenu.
9
Il s'engageait en outre à payer cent cinquante autres talents, si on lui accordait le pouvoir de fonder un gymnase et un lieu d'éducation pour les jeunes gens, et de recenser les partisans de l'hellénisme à Jérusalem.
10
Le roi consentit, et Jason s'empara du pouvoir. Aussitôt, il entreprit de faire adopter le mode de vie des Grecs par ses frères de race.
11
Il supprima les mesures de bienveillance prises par les rois en faveur des Juifs. Ces mesures avaient été obtenues par l'entremise de Jean, le père de cet Eupolème qui conduisit l'ambassade pour obtenir amitié et alliance avec les Romains. Jason détruisit les institutions légitimes et inaugura des usages contraires à la Loi.
12
Il se fit en effet un plaisir de fonder un gymnase au pied même de l'acropole et de mener l'élite des jeunes gens aux exercices du gymnase.
13
En raison de l'extrême perversité de ce Jason, impie et pas grand prêtre du tout, l'hellénisme atteignit une telle vigueur, et la mode étrangère un tel degré,
14
que les prêtres ne montraient plus aucun empressement pour le service liturgique de l'autel. Au contraire, méprisant le Temple et négligeant les sacrifices, ils se hâtaient, dès le signal du gong, de prendre part dans la palestre à l'organisation des exercices prohibés par la Loi.
15
Ce faisant, ils comptaient pour rien les valeurs honorées par leurs pères, mais portaient la plus haute estime aux gloires de la culture hellénique.
16
Pour ces raisons, ils se trouvèrent par la suite dans une situation difficile, et ceux-là mêmes dont ils enviaient les façons de vivre et qu'ils voulaient imiter en tout, devinrent pour eux des ennemis et des bourreaux.
17
Car on ne viole pas à la légère les lois divines, comme le démontrera la période suivante.
18
Comme on célébrait tous les quatre ans à Tyr des jeux en présence du roi,
19
l'infâme Jason envoya comme délégués de Jérusalem un groupe de partisans de l'hellénisme, apportant avec eux trois cents pièces d'argent, pour faire un sacrifice à Héraclès. Mais ceux-là mêmes qui les apportaient jugèrent qu'il ne convenait pas de les utiliser pour le sacrifice et décidèrent de les réserver pour une autre dépense.
20
C'est ainsi que l'argent, destiné au sacrifice d'Héraclès par celui qui l'avait envoyé, fut affecté à la construction de navires, après l'intervention de ceux qui l'apportaient.
21
Comme Apollonios, fils de Ménesthée, avait été envoyé en Égypte pour l'intronisation du roi Philométor, Antiocos apprit que ce dernier était hostile à sa politique. Il se préoccupa dès lors d'assurer sa propre sécurité. C'est ce qui le conduisit à Joppé, d'où il se rendit à Jérusalem.
22
Magnifiquement reçu par Jason et par la ville, il y fut introduit à la lumière des flambeaux et au milieu des acclamations. Après quoi, il partit installer en Phénicie le camp de son armée.
23
Jason était grand prêtre depuis trois ans lorsqu'il envoya Ménélas, le frère du Simon dont il a été question plus haut, porter l'argent au roi et mener à terme des affaires urgentes restées en suspens.
24
Une fois admis en présence du roi, Ménélas l'aborda avec les manières d'un personnage important et se fit attribuer à lui-même la fonction de grand prêtre, en offrant trois cents talents de plus que n'avait offerts Jason.
25
Puis il revint, muni des lettres royales d'investiture. Il n'était en rien digne de la fonction de grand prêtre ; au contraire, il n'avait en lui que les rages d'un tyran cruel et les fureurs d'une bête sauvage.
26
Ainsi Jason, qui avait supplanté son propre frère, fut supplanté à son tour par un autre, et contraint de gagner en fugitif le pays des Ammonites.
27
Quant à Ménélas, il détenait certes le pouvoir, mais ne s'acquittait en rien des sommes d'argent qu'il avait promises au roi ;
28
et cela, malgré les réclamations de Sostrate, gouverneur de l'acropole, qui était chargé de percevoir les impôts. Pour cette raison, ils furent tous deux convoqués par le roi.
29
Ménélas laissa pour le remplacer comme grand prêtre son propre frère Lysimaque, tandis que Sostrate laissait Kratès, le chef des mercenaires chypriotes.
30
Sur ces entrefaites, il arriva que les habitants de Tarse et de Mallos provoquèrent des émeutes, parce que leurs villes avaient été données en présent à Antiochis, la concubine du roi.
31
En toute hâte, le roi alla donc régler cette affaire, laissant pour le remplacer Andronicos, l'un des grands dignitaires.
32
Convaincu de tenir une occasion favorable, Ménélas déroba quelques objets d'or du Temple, et en fit cadeau à Andronicos ; il parvint également à en vendre d'autres à Tyr et aux villes voisines.
33
L'ayant appris de bonne source, Onias, retiré dans le lieu d'asile à Daphné, près d'Antioche, lui en faisait reproche.
34
Dès lors, Ménélas, prenant à part Andronicos, l'incitait à supprimer Onias. Andronicos se rendit alors auprès d'Onias : confiant dans sa propre ruse, il lui tendit la main droite en s'engageant sous serment, et malgré le soupçon qu'il inspirait, il le décida à sortir de son asile. Alors, aussitôt, il le mit à mort, au mépris de toute justice.
35
Pour cette raison, non seulement les Juifs, mais aussi beaucoup de gens parmi les autres nations furent indignés et choqués du meurtre injuste de cet homme.
36
Lorsque le roi fut revenu des régions de Cilicie à Antioche, les Juifs de la ville, en compagnie des Grecs qui partageaient leur haine du mal, vinrent le trouver au sujet du meurtre injustifié d'Onias.
37
Antiocos, affligé jusqu'au fond de l'âme et saisi de pitié, versa des larmes au souvenir de la sagesse et de la conduite exemplaire du défunt.
38
Puis, enflammé de colère, il dépouilla aussitôt Andronicos de la pourpre, lui déchira les vêtements et le fit mener, à travers toute la ville, à l'endroit même où il avait porté une main sacrilège sur Onias. Là, il exécuta le meurtrier. Le Seigneur lui infligea ainsi le châtiment qu'il méritait.
39
Or, à Jérusalem, un grand nombre de vols sacrilèges avaient été commis par Lysimaque, avec l'accord de Ménélas, et le bruit s'en était répandu au-dehors. Le peuple s'attroupa contre Lysimaque, alors que beaucoup d'objets d'or avaient déjà été emportés de tous côtés.
40
Comme la foule se soulevait, débordante de colère, Lysimaque arma près de trois mille hommes et donna le signal d'injustes violences, sous le commandement d'un certain Auranos, un homme avancé en âge et non moins en folie.
41
Prenant conscience de la manœuvre de Lysimaque, les uns s'armaient de pierres, d'autres de gourdins, certains ramassaient à poignées la poussière du sol et assaillaient les gens de Lysimaque en une mêlée confuse.
42
C'est ainsi qu'ils en blessèrent un grand nombre, en tuèrent même quelques-uns, et mirent tous les autres en fuite. Quant au voleur sacrilège lui-même, ils le supprimèrent près de la salle du trésor.
43
Un procès fut intenté à Ménélas à propos de ces faits.
44
Lorsque le roi vint à Tyr, les trois hommes envoyés par le Conseil des anciens plaidèrent leur cause en sa présence.
45
Se voyant déjà perdu, Ménélas promit des sommes importantes à Ptolémée, fils de Dorymène, pour emporter la conviction du roi.
46
Ptolémée entraîna donc le roi à l'écart, sous un péristyle, comme pour prendre le frais, et le fit changer d'avis,
47
si bien que Ménélas, le responsable de tout ce mal, fut renvoyé libre des accusations portées contre lui. En revanche, le roi condamna à mort les malheureux accusateurs de Ménélas qui, même s'ils avaient plaidé devant des barbares, auraient été renvoyés innocents.
48
Eux, qui avaient pris la défense de la ville, du peuple et des objets sacrés, subirent sans tarder cette peine injuste.
49
Aussi vit-on même des habitants de Tyr, horrifiés par un tel méfait, pourvoir magnifiquement à leur sépulture.
50
Quant à Ménélas, il se maintint au pouvoir, grâce à la cupidité des puissants. Sa méchanceté ne fit que croître, et il devint le principal adversaire de ses concitoyens.

CHAPITRE 5

5 1 Vers cette époque, Antiocos se mit à préparer sa deuxième expédition contre l'Égypte.
2
Or, il arriva que dans la ville de Jérusalem tout entière, pendant près de quarante jours, apparurent des cavaliers courant dans les airs, vêtus de robes brodées d'or, des troupes armées disposées en cohorte,
3
des glaives dégainés, des escadrons de cavalerie en ordre de bataille, des attaques et des charges lancées de part et d'autre, des mouvements de boucliers, des forêts de piques, des projectiles volants, un éclat fulgurant d'armures d'or et des cuirasses en tout genre.
4
Aussi, tous priaient pour que cette apparition soit de bon augure.
5
Comme une fausse rumeur avait répandu la nouvelle de la mort d'Antiocos, Jason prit avec lui pas moins d'un millier d'hommes et dirigea à l'improviste une attaque contre la ville. Ceux qui étaient sur le rempart furent repoussés, et la ville fut bientôt prise. Ménélas se réfugia alors dans l'acropole.
6
Jason se livra sans pitié au massacre de ses propres concitoyens, oubliant qu'une victoire sur des frères de race est la plus grande des défaites. Il se comportait comme si ses trophées étaient remportés sur des ennemis, non sur des compatriotes.
7
En fait, il ne réussit pas à s'emparer du pouvoir, il finit même par se couvrir de honte à cause de ses machinations, si bien qu'il gagna de nouveau en fugitif le pays des Ammonites.
8
En définitive, il subit un misérable retournement des choses : enfermé d'abord chez Arétas, prince des Arabes, il s'enfuit de ville en ville et, pourchassé par tous, détesté parce qu'il rejetait les lois, abhorré comme le bourreau de sa patrie et de ses concitoyens, il alla échouer en Égypte.
9
Lui, qui avait banni tant d'hommes de leur patrie, périt sur une terre étrangère, après s'être rendu auprès des Lacédémoniens, dans l'espoir d'y trouver un refuge en raison de leur parenté avec son peuple.
10
Lui qui avait privé tant de gens de sépulture, nul ne le pleura ; il n'eut aucune espèce de funérailles ni aucune place dans le tombeau de ses pères.
11
Lorsque ces faits parvinrent à la connaissance du roi, celui-ci en conclut que la Judée s'était révoltée. Il quitta donc l'Égypte, furieux comme une bête sauvage, et s'empara de la ville à la pointe de la lance.
12
Il ordonna aux soldats d'abattre sans pitié ceux qui leur tomberaient entre les mains et d'égorger ceux qui se réfugieraient dans les maisons.
13
On extermina jeunes et vieux, on massacra femmes et enfants, on égorgea jeunes filles et tout-petits.
14
Il y eut quatre-vingt mille victimes en ces trois jours : quarante mille tombèrent sous les coups, et autant furent vendus comme esclaves.
15
Non content de cela, Antiocos eut l'audace de pénétrer dans le Temple le plus saint de toute la terre, sous la conduite de ce Ménélas qui en était venu à trahir et les lois et la patrie.
16
De ses mains infâmes, il s'empara des objets sacrés. Et les dons que d'autres rois avaient déposés pour l'enrichissement, la gloire et la dignité du Lieu saint, il les déroba de ses mains profanes.
17
Enflé d'orgueil, Antiocos ne voyait pas que le Maître suprême était un moment irrité à cause des péchés des habitants de la ville, et que c'est pour cela qu'il détachait ses regards du Lieu saint.
18
Car si les habitants de la ville n'avaient pas été plongés dans une multitude de péchés, Antiocos lui aussi aurait été flagellé dès son arrivée et ainsi détourné de sa témérité, tout comme cet Héliodore qui avait été envoyé par le roi Séleucos pour inspecter la salle du trésor.
19
Pourtant, ce n'est pas à cause du Lieu saint que le Seigneur a choisi le peuple, c'est à cause du peuple qu'il a choisi le Lieu saint.
20
C'est pourquoi le Lieu saint lui-même, après avoir été associé aux malheurs du peuple, eut ensuite part avec lui à son rétablissement. Lui qui avait été délaissé au temps de la colère du Tout-Puissant, il fut à nouveau restauré dans toute sa gloire, lors de la réconciliation avec le Maître suprême.
21
Antiocos, après avoir enlevé au Temple dix-huit cents talents, s'empressa de regagner Antioche. Dans son arrogance, il s'imaginait rendre la terre navigable et la mer praticable à la marche, tellement son cœur était enflé d'orgueil.
22
Mais il laissa des gouverneurs chargés de faire du mal à la nation : Philippe à Jérusalem, phrygien de race, mais de caractère encore plus barbare que celui qui l'avait établi,
23
et Andronicos au Garizim. En plus de ceux-ci, il laissa Ménélas, qui surpassait tous les autres en méchanceté envers ses concitoyens. Nourrissant à l'égard des citoyens de Judée une profonde hostilité,
24
le roi envoya Apollonios le Mysarque, à la tête d'une armée de vingt-deux mille hommes, avec l'ordre d'égorger tous ceux qui étaient dans la force de l'âge et de vendre les femmes et les jeunes enfants.
25
Arrivé à Jérusalem et jouant le personnage pacifique, Apollonios attendit le saint jour du sabbat. Alors, profitant du repos des Juifs, il commanda à ses hommes d'organiser une parade militaire.
26
Tous ceux qui étaient sortis pour voir le défilé, il les fit massacrer ; puis, parcourant la ville avec ses soldats en armes, il abattit une foule considérable de gens.
27
Or Judas, appelé aussi Maccabée, s'étant retiré dans les montagnes avec une dizaine de compagnons, vivait avec eux à la manière des bêtes sauvages ; ils ne mangeaient que des herbes pour ne pas contracter la moindre souillure.

CHAPITRE 6


2Maccabées (LIT) 1