1Maccabées (LIT) 5

CHAPITRE 5

5 1 Lorsque les nations d'alentour apprirent que l'autel des sacrifices avait été reconstruit et le sanctuaire restauré dans son état antérieur, elles en furent très irritées.
2
Elles prirent la décision de supprimer les descendants de Jacob qui vivaient au milieu d'elles, et commencèrent à en tuer parmi le peuple pour les exterminer.
3
Judas faisait la guerre aux fils d'Ésaü en Idumée, au pays d'Akrabattène, parce qu'ils encerclaient Israël. Il les frappa durement, les refoula et ramassa le butin.
4
Puis il se souvint de la méchanceté des fils de Baïane. Ils étaient un piège et un obstacle pour le peuple, par les embuscades qu'ils dressaient sur les chemins.
5
Il les enferma dans leurs tours, les assiégea et les voua à l'anathème. Il incendia leurs tours avec tous ceux qui s'y trouvaient.
6
Ensuite, il se rendit chez les fils d'Ammone. Il y trouva une forte troupe et un peuple nombreux, conduit par Timothée.
7
Il leur livra un grand nombre de combats, si bien que ceux-ci furent écrasés devant lui et vaincus.
8
Il emporta d'assaut Jazer, ainsi que les villages qui en dépendent, puis il revint en Judée.
9
Les païens de Galaad se liguèrent contre les gens d'Israël établis sur leur territoire, afin de les exterminer. Ceux-ci se réfugièrent dans la forteresse de Dathéma.
10
De là, ils envoyèrent des lettres à Judas et à ses frères, pour leur dire : « Les nations païennes d'alentour sont liguées contre nous, afin de nous exterminer.
11
Elles se préparent à venir prendre d'assaut la forteresse où nous nous sommes réfugiés, et c'est Timothée qui commande leur armée.
12
Viens donc maintenant, arrache-nous à leur main, car beaucoup d'entre nous sont déjà tombés.
13
Tous nos frères du pays de Toubias ont été mis à mort. On a emmené en captivité leurs femmes et leurs enfants, confisqué leurs biens, et fait périr en ces lieux près d'un millier d'hommes. »
14
La lecture de ces lettres n'était pas encore achevée, que d'autres messagers survinrent. Ils venaient de Galilée. Leurs vêtements étaient déchirés, et ils apportaient les mêmes nouvelles.
15
« Ceux de Ptolémaïs, disaient-ils, de Tyr et de Sidon se sont ligués contre nous, de même que toute la Galilée des Étrangers, pour nous faire disparaître. »
16
En apprenant ces nouvelles, Judas et le peuple réunirent une grande assemblée, pour délibérer sur la manière d'aider leurs frères opprimés et assaillis.
17
Judas dit à son frère Simon : « Choisis-toi des hommes et va délivrer tes frères qui sont en Galilée. Moi, j'irai avec mon frère Jonathan au pays de Galaad. »
18
Il laissa en Judée Joseph, fils de Zacharie, et Azarias, chef du peuple, avec le reste de l'armée, pour assurer la garde.
19
Il leur donna ces instructions : « Gouvernez ce peuple, mais n'engagez pas de combat avec les païens, jusqu'à notre retour. »
20
Trois mille hommes furent détachés pour accompagner Simon en Galilée, tandis que Judas emmenait huit mille hommes au pays de Galaad.
21
Simon se rendit en Galilée et livra de nombreux combats aux païens, qui furent écrasés devant lui.
22
Il les poursuivit jusqu'à la porte de Ptolémaïs. Trois mille hommes environ tombèrent parmi les païens, et Simon ramassa le butin.
23
Il recueillit ses frères de Galilée et d'Arbatta, avec leurs femmes, leurs enfants et toutes leurs possessions. Il les conduisit en Judée dans l'allégresse.
24
De leur côté, Judas Maccabée et son frère Jonathan franchirent le Jourdain et marchèrent pendant trois jours dans le désert.
25
Ils rencontrèrent les Nabatéens, qui les accueillirent de manière pacifique et leur racontèrent tout ce qui était arrivé à leurs frères, au pays de Galaad :
26
un grand nombre d'entre eux se trouvaient enfermés à Bossorra et à Bossor près d'Aléma, à Kaspho, à Maked et à Carnaïn, qui sont toutes de grandes et fortes villes.
27
Il y en avait aussi dans les autres villes du pays de Galaad. L'ennemi avait pris ses dispositions pour donner l'assaut le lendemain à ces forteresses, s'en emparer et exterminer en un jour tous ceux qui s'y trouvaient.
28
Aussitôt, Judas et son armée prirent à travers le désert la direction de Bossorra. Ils s'en emparèrent, passèrent toute la population masculine au fil de l'épée, ramassèrent tout le butin et incendièrent la ville.
29
De là, ils repartirent de nuit et marchèrent jusqu'aux abords de la forteresse de Dathéma.
30
Au point du jour, en levant les yeux, ils aperçurent une foule innombrable, qui dressait des échelles et des machines de guerre pour s'emparer de la forteresse ; déjà on attaquait.
31
Judas vit que le combat était engagé : le cri de la ville s'élevait jusqu'au ciel, au son des trompettes et des hurlements.
32
Il dit aux hommes de son armée : « Combattez aujourd'hui pour nos frères. »
33
Il les fit marcher en trois bataillons sur les arrières de l'ennemi. Ils sonnèrent de la trompette et prièrent à grands cris.
34
Alors, l'armée de Timothée reconnut que c'était Maccabée, et elle s'enfuit à son approche. Judas les frappa durement, et huit mille hommes environ tombèrent ce jour-là.
35
Ensuite, il se tourna vers Aléma, lui donna l'assaut et s'en empara. Il en tua la population masculine, ramassa le butin et incendia la ville.
36
De là, il partit s'emparer de Kaspho, de Maked, de Bossor et des autres villes du pays de Galaad.
37
Quant à Timothée, après ces événements, il rassembla une autre armée et prit position en face de Raphone, sur l'autre rive du torrent.
38
Judas envoya des hommes observer le camp ennemi, et ils lui firent ce rapport : « Tous les païens des alentours sont rassemblés auprès de Timothée. C'est une armée très nombreuse :
39
même des Arabes ont été recrutés comme auxiliaires. Ils campent sur l'autre rive du torrent, prêts à venir te combattre. » Judas se porta à leur rencontre
40
et, avec son armée, il s'approcha du torrent. Alors, Timothée dit aux chefs de son armée : « S'il traverse le premier, nous ne pourrons pas lui résister, car il aura un grand avantage sur nous.
41
Mais s'il a peur et s'arrête de l'autre côté de la rivière, nous traverserons et nous l'emporterons sur lui. »
42
Lorsqu'il arriva au bord du torrent, Judas y plaça les scribes du peuple et leur donna cet ordre : « Ne laissez personne s'installer ici, mais que tous les hommes aillent au combat. »
43
Il traversa le premier à la rencontre de l'ennemi, et tout le peuple le suivit. Tous les païens furent écrasés devant lui. Ils jetèrent leurs armes et s'enfuirent vers le lieu de culte de Carnaïn.
44
Cette ville, les hommes de Judas la prirent d'assaut et ils mirent le feu à son lieu de culte, avec tous ceux qui s'y trouvaient. Carnaïn fut renversée. Dès ce moment, il ne fut plus possible de résister à Judas Maccabée.
45
Alors, Judas rassembla tous ceux d'Israël qui vivaient au pays de Galaad, du plus petit jusqu'au plus grand, avec leurs femmes, leurs enfants et tout ce qu'ils possédaient. Cette troupe immense se mit en route vers la Judée.
46
Ils arrivèrent à Éphrone, ville importante et très puissante qui se trouvait sur leur chemin. On ne pouvait la contourner ni à droite ni à gauche ; il fallait la traverser.
47
Les gens de la ville leur refusèrent le passage en barricadant les portes avec des blocs de pierre.
48
Judas leur envoya des messagers de paix, pour leur dire : « Nous allons traverser votre pays pour aller dans le nôtre. Personne ne vous fera de mal. Nous ne ferons que passer à pied. » Mais ils ne voulaient pas lui ouvrir.
49
Alors, Judas fit proclamer dans le camp l'ordre de prendre position, chacun à l'endroit où il se trouvait.
50
Les soldats prirent position, et Judas attaqua la ville tout ce jour-là et toute la nuit. La ville tomba entre ses mains.
51
Il fit passer toute la population masculine au fil de l'épée, il détruisit la ville de fond en comble, en prit le butin et la traversa en marchant sur les corps des tués.
52
On franchit le Jourdain, en direction de la Grande Plaine qui se trouve en face de Bethsane.
53
Tout au long du chemin, Judas allait et venait pour regrouper les retardataires et encourager le peuple, jusqu'à son arrivée en Judée.
54
Ils gravirent la montagne de Sion, tout remplis de joie et d'allégresse. Là, ils offrirent des holocaustes, car ils étaient revenus en paix, sans avoir perdu aucun des leurs.
55
À l'époque où Judas et Jonathan étaient au pays de Galaad et leur frère Simon en Galilée devant Ptolémaïs,
56
les deux chefs de l'armée restée en Judée, Joseph, fils de Zacharie, et Azarias, entendirent parler de leurs actes de bravoure et des combats qu'ils avaient livrés.
57
Ils se dirent : « Nous aussi, faisons-nous un nom, et allons combattre les païens des alentours. »
58
Ils donnèrent des ordres aux hommes de l'armée qui étaient avec eux et marchèrent sur Jamnia.
59
Gorgias sortit de la ville avec ses hommes pour engager le combat contre eux.
60
Joseph et Azarias furent mis en déroute. On les poursuivit jusqu'aux frontières de la Judée. Environ deux mille hommes d'Israël tombèrent ce jour-là.
61
Ce fut une grande déroute pour le peuple, car ils avaient désobéi à Judas et à ses frères, dans l'idée d'accomplir, eux aussi, des actes de bravoure.
62
Mais ils n'étaient pas de la même race que ces hommes sur qui reposait le salut d'Israël.
63
La renommée du vaillant Judas et de ses frères devint très grande dans tout Israël et dans toutes les nations où l'on entendait citer leur nom.
64
On se pressait autour d'eux pour les acclamer.
65
Judas repartit avec ses frères pour combattre les fils d'Ésaü dans la région du Sud. Il frappa Hébron et les villages qui en dépendent, il démolit ses fortifications et incendia les tours de ses remparts.
66
Puis il se mit en marche vers le pays des Philistins et traversa la ville de Marissa.
67
Ce jour-là, il y eut des prêtres qui tombèrent au combat : dans un geste inconsidéré, pour faire acte de bravoure, ils étaient allés combattre eux aussi.
68
Judas se tourna ensuite vers Azôt, dans la région des Philistins. Il renversa leurs autels, fit brûler les images sculptées de leurs dieux et ramassa le butin de leurs villes. Après cela, il revint en Judée.

CHAPITRE 6

6 1 Le roi Antiocos parcourait le Haut Pays. Il apprit alors qu'il y avait en Perse une ville, Élymaïs, fameuse par ses richesses, son argent et son or ;
2
son temple, extrêmement riche, contenait des casques en or, des cuirasses et des armes, laissés là par Alexandre, fils de Philippe et roi de Macédoine, qui régna le premier sur les Grecs.
3
Antiocos arriva, et il tenta de prendre la ville et de la piller, mais il n'y réussit pas, parce que les habitants avaient été informés de son projet.
4
Ils lui résistèrent et livrèrent bataille, si bien qu'il prit la fuite et battit en retraite, accablé de chagrin, pour retourner à Babylone.
5
Il était encore en Perse quand on vint lui annoncer la déroute des troupes qui avaient pénétré en Judée ;
6
Lysias, en particulier, qui avait été envoyé avec un important matériel, avait fait demi-tour devant les Juifs ; ceux-ci s'étaient renforcés grâce aux armes, au matériel et au butin saisis sur les troupes qu'ils avaient battues ;
7
ils avaient renversé l'Abomination qu'Antiocos avait élevée à Jérusalem sur l'autel ; enfin, ils avaient reconstruit comme auparavant de hautes murailles autour du sanctuaire et autour de la ville royale de Bethsour.
8
Quand le roi apprit ces nouvelles, il fut saisi de frayeur et profondément ébranlé. Il s'écroula sur son lit et tomba malade sous le coup du chagrin, parce que les événements n'avaient pas répondu à son attente.
9
Il resta ainsi pendant plusieurs jours, car son profond chagrin se renouvelait sans cesse. Lorsqu'il se rendit compte qu'il allait mourir,
10
il appela tous ses amis et leur dit : « Le sommeil s'est éloigné de mes yeux ; l'inquiétude accable mon cœur,
11
et je me dis : À quelle profonde détresse en suis-je arrivé ? Dans quel abîme suis-je plongé maintenant ? J'étais bon et aimé au temps de ma puissance.
12
Mais maintenant je me rappelle le mal que j'ai fait à Jérusalem : tous les objets d'argent et d'or qui s'y trouvaient, je les ai pris ; j'ai fait exterminer les habitants de la Judée sans aucun motif.
13
Je reconnais que tous mes malheurs viennent de là, et voici que je meurs dans un profond chagrin sur une terre étrangère. »
14
Il appela Philippe, l'un de ses amis, et l'établit à la tête de tout son royaume.
15
Il lui donna son diadème, son vêtement royal et son anneau, pour le charger de l'éducation de son fils Antiocos, en vue de la royauté.
16
Le roi Antiocos mourut en ce lieu, en l'an 149 de l'empire grec.
17
Quant à Lysias, à la nouvelle de la mort du roi, il fit monter sur le trône le jeune Antiocos, dont il assurait l'éducation depuis l'enfance. Il le surnomma Eupator (c'est-à-dire : né d'un père noble).
18
À Jérusalem, les occupants de la citadelle bloquaient Israël autour du Lieu saint. Ils cherchaient à leur faire du mal en toute occasion et constituaient un appui pour les païens.
19
Décidé à les exterminer, Judas convoqua tout le peuple pour les assiéger.
20
On se rassembla et on mit le siège devant la citadelle en l'an 150. On construisit des catapultes et d'autres machines de guerre.
21
Mais certains des assiégés parvinrent à rompre le blocus. Quelques impies, des hommes d'Israël, se joignirent à eux.
22
Ils se rendirent chez le nouveau roi et lui dirent : « Combien de temps vas-tu attendre pour faire justice et venger nos frères ?
23
Nous, nous étions heureux de servir ton père, de nous conduire selon ses ordres et d'observer ses décrets.
24
Pour cette raison, nos compatriotes nous ont traités comme des étrangers. Bien plus, ils ont tué ceux d'entre nous qu'ils trouvaient et ils ont pillé nos biens.
25
D'ailleurs, ce n'est pas seulement sur nous qu'ils ont porté la main, mais aussi sur tous les pays voisins.
26
Aujourd'hui, ils ont pris position autour de la citadelle de Jérusalem pour s'en emparer. Ils ont fortifié le sanctuaire, ainsi que la ville de Bethsour.
27
Si tu ne te hâtes pas de les devancer, ils en feront encore davantage et tu ne pourras plus les arrêter. »
28
À ces paroles, le roi se mit en colère. Il réunit tous ses amis, les commandants de son armée et ceux de la cavalerie.
29
Des troupes mercenaires, venues des royaumes étrangers et des îles de la mer, se joignirent à eux.
30
Ses forces s'élevaient ainsi à cent mille fantassins, vingt mille cavaliers et trente-deux éléphants de combat.
31
Ils traversèrent l'Idumée et mirent le siège devant Bethsour. Pendant de nombreux jours, ils combattirent cette ville. Ils fabriquèrent aussi des machines de guerre, mais les assiégés firent une sortie, les incendièrent et se défendirent avec courage.
32
Alors, Judas laissa la citadelle et prit position à Bethzakaria, en face du camp du roi.
33
Le lendemain, à l'aube, le roi lança son armée pleine d'ardeur sur le chemin de Bethzakaria. Les troupes se préparèrent à l'attaque et on sonna de la trompette.
34
On présenta aux éléphants du jus de raisin et de mûres, pour les exciter au combat.
35
Les bêtes furent réparties entre les bataillons. Près de chacune se tenaient mille hommes cuirassés de mailles et coiffés d'un casque de bronze, ainsi que cinq cents cavaliers d'élite.
36
Ceux-ci prévenaient tous les mouvements de la bête et l'accompagnaient partout, sans jamais s'en éloigner.
37
Pour protéger chaque bête, une solide tour de bois avait été fixée sur elle par des sangles. À l'intérieur se tenaient les trois guerriers qui combattaient sur la bête, en plus de son cornac.
38
Le roi disposa le reste de la cavalerie sur les deux flancs de l'armée, pour harceler l'ennemi et protéger les bataillons.
39
Quand le soleil frappa de sa lumière les boucliers d'or et de bronze, les montagnes furent illuminées par leur reflet et elles resplendirent comme des torches de feu.
40
Une partie de l'armée royale se déploya sur les crêtes des montagnes et une autre en contrebas. Ils avançaient avec assurance et en bon ordre.
41
L'angoisse s'emparait de tous ceux qui entendaient la rumeur de cette multitude, le bruit de sa marche et le cliquetis des armes entrechoquées, car cette armée était vraiment immense et très puissante.
42
Judas et son armée s'avancèrent pour engager le combat : six cents hommes de l'armée du roi tombèrent.
43
Éléazar, surnommé Awarane, le frère de Judas, vit que l'une des bêtes était équipée d'un harnais royal cuirassé et surpassait toutes les autres : il supposa que le roi était dessus.
44
Alors il se sacrifia pour sauver son peuple et acquérir un nom immortel.
45
Il se précipita avec intrépidité vers la bête, au milieu du bataillon, tuant à droite et à gauche, si bien qu'on s'écarta devant lui de part et d'autre.
46
Il se glissa sous l'éléphant et, par en dessous, lui porta un coup mortel. La bête s'écroula sur lui et il mourut sur place.
47
Voyant alors la puissance du roi et l'ardeur de ses forces, ceux d'Israël se replièrent.
48
L'armée royale monta vers Jérusalem à leur rencontre. Toute la Judée et la montagne de Sion furent mises en état de siège.
49
Le roi fit la paix avec les gens de Bethsour, qui sortirent de la ville car ils n'avaient pas suffisamment de vivres pour y soutenir un siège. C'était en effet l'année du repos sabbatique.
50
Le roi s'empara de Bethsour et y établit une garnison.
51
Ensuite, il assiégea le sanctuaire de Jérusalem pendant de nombreux jours. Il installa des catapultes et des machines de guerre, lance-flammes, lance-pierres, lance-flèches et frondes.
52
Pour riposter à ces machines, les assiégés en fabriquèrent aussi et le combat se prolongea pendant de nombreux jours.
53
Mais il n'y avait pas de provisions dans les dépôts, car c'était la septième année. En outre, les réfugiés qui étaient arrivés en Judée, après avoir été sauvés de la main des païens, avaient consommé les dernières réserves.
54
On ne laissa donc qu'une poignée d'hommes dans le Lieu saint, parce qu'on était en proie à la famine. Les autres se dispersèrent, chacun de son côté.
55
Or, Philippe, que le roi Antiocos avait désigné avant de mourir pour élever son fils Antiocos en vue de la royauté,
56
était revenu de Perse et de Médie avec les troupes qui avaient accompagné le roi. Il cherchait à se mettre à la tête des affaires.
57
À cette nouvelle, Lysias se hâta de donner le signal du départ. Il dit au roi, aux généraux et aux hommes : « Nous nous épuisons de jour en jour, nous n'avons que peu de vivres, la place que nous assiégeons est bien fortifiée et les affaires du royaume reposent sur nous.
58
Tendons maintenant la main droite à ces hommes, faisons la paix avec eux et avec toute leur nation.
59
Accordons-leur de vivre selon leurs coutumes, comme auparavant. En effet, c'est parce que nous avions aboli leurs coutumes, qu'ils se sont mis en colère et qu'ils ont fait tout cela. »
60
Ce discours fut apprécié par le roi et par les chefs. Lysias envoya à ceux d'Israël des propositions de paix et ceux-ci les acceptèrent.
61
Le roi et les chefs s'engagèrent envers eux par serment. Alors, les assiégés sortirent de la forteresse,
62
et le roi fit son entrée sur la montagne de Sion. Mais lorsqu'il vit les fortifications du lieu, il viola son serment et ordonna de démolir tout le mur d'enceinte.
63
Puis il partit en toute hâte et retourna à Antioche, où il trouva Philippe qui s'était rendu maître de la ville. Il lui livra bataille et s'empara de la ville par la force.

CHAPITRE 7

7 1 En l'an 151 de l'empire grec, Démétrios, fils de Séleucos, quitta Rome et se rendit avec une poignée d'hommes dans une ville du littoral, où il inaugura son règne.
2
Or, tandis qu'il s'avançait vers Antioche, résidence royale de ses pères, l'armée captura Antiocos et Lysias, pour les lui amener.
3
Il en fut informé et dit : « Ne me faites pas voir leur visage. »
4
L'armée les tua, et Démétrios s'assit sur le trône royal.
5
Alors, tous les hommes sans foi ni loi que l'on pouvait trouver en Israël se rendirent auprès de lui, sous la conduite d'Alkime, qui convoitait la charge de grand prêtre.
6
Ils se mirent à accuser leur propre peuple devant le roi, en disant : « Judas et ses frères ont fait périr tous tes amis ; ils nous ont dispersés hors de notre pays.
7
Envoie donc maintenant un homme de confiance : qu'il vienne voir tous les ravages dont Judas s'est rendu coupable envers nous et envers le domaine du roi, et qu'il les punisse, lui, ses frères et tous leurs auxiliaires. »
8
Le roi choisit Bacchidès, un des amis du roi, gouverneur de la province de Transeuphratène, un grand du royaume, fidèle au roi.
9
Il l'envoya avec Alkime, l'impie, auquel il conféra la charge de grand prêtre et prescrivit de se venger des fils d'Israël.
10
Ils arrivèrent en Judée avec une troupe nombreuse. Ils envoyèrent des messagers auprès de Judas et de ses frères, pour leur adresser de fausses paroles de paix.
11
Mais en voyant qu'ils étaient accompagnés d'une troupe nombreuse, les fils d'Israël n'accordèrent aucun crédit à leur discours.
12
Un groupe de scribes se réunit toutefois chez Alkime et Bacchidès, pour rechercher une solution équitable.
13
Parmi les fils d'Israël, les Assidéens furent les premiers à solliciter la paix,
14
car ils se disaient : « C'est un prêtre de la descendance d'Aaron, qui est venu avec les troupes ; il ne commettra pas d'injustice envers nous. »
15
Bacchidès leur adressa des paroles de paix et leur fit ce serment : « Nous ne chercherons à vous faire aucun mal, ni à vous, ni à vos amis. »
16
Ils le crurent, mais lui, il fit saisir soixante hommes de leur groupe et les fit périr en un seul jour, selon la parole de l'Écriture :
17
« Ils ont dispersé les corps de tes fidèles, ils ont versé leur sang aux alentours de Jérusalem. Et personne pour les ensevelir ! »
18
Alors, tout le peuple fut saisi de crainte et de terreur, et l'on disait : « Il n'y a chez eux ni vérité ni justice, car ils ont violé leur engagement et le serment qu'ils avaient fait. »
19
Bacchidès quitta Jérusalem et prit position à Bethzaïth. Il envoya capturer beaucoup d'hommes qui pourtant s'étaient ralliés à lui, ainsi que quelques-uns du peuple ; il les fit immoler et jeter dans le grand puits.
20
Il remit le gouvernement de la province à Alkime et lui laissa une troupe armée pour le soutenir. Bacchidès revint auprès du roi,
21
et Alkime lutta pour se faire admettre comme grand prêtre.
22
Tous ceux qui troublaient le peuple se groupèrent autour de lui. Ils se rendirent maîtres de la Judée et causèrent beaucoup de tort en Israël.
23
Judas se rendit compte que tout le mal causé par Alkime et ses compagnons surpassait celui que les païens avaient infligé aux fils d'Israël.
24
Il parcourut à la ronde tous les territoires de la Judée, pour tirer vengeance des déserteurs et les empêcher de circuler dans le pays.
25
Alkime vit que Judas et ses compagnons étaient devenus plus forts. Alors, sachant qu'il ne pourrait leur résister, il retourna chez le roi et les accabla des pires accusations.
26
Le roi envoya Nicanor, l'un de ses généraux parmi les plus illustres, un homme qui haïssait profondément Israël. Il lui donna l'ordre d'exterminer ce peuple.
27
Nicanor vint à Jérusalem avec une troupe nombreuse. Il adressa à Judas et à ses frères de fausses paroles de paix.
28
Il leur dit : « Qu'il n'y ait pas de combat entre nous. Je viendrai avec une petite escorte pour une entrevue pacifique. »
29
En arrivant chez Judas, il le salua amicalement, mais ses soldats se tenaient prêts à capturer Judas.
30
Celui-ci se rendit compte que Nicanor était venu chez lui avec des intentions perfides. Il eut très peur de lui et refusa l'entrevue.
31
Nicanor comprit que son plan était dévoilé. Alors, il marcha contre Judas pour le combattre près de Kapharsalama.
32
Du côté de Nicanor, cinq cents hommes environ tombèrent, tandis que les autres s'enfuirent vers la Cité de David.
33
Après ces événements, Nicanor se rendit à la montagne de Sion. Quelques prêtres sortirent du Lieu saint, avec des anciens du peuple, pour le saluer de manière pacifique et lui montrer l'holocauste qu'on offrait pour le roi.
34
Mais lui les tourna en dérision, les outragea et proféra des paroles arrogantes.
35
Il jura avec colère : « Si Judas et son armée ne sont pas livrés maintenant entre mes mains, et que je reviens sans encombre, je mettrai le feu à cette Demeure. » Et il sortit furieux.
36
Les prêtres rentrèrent et, debout devant l'autel et le Temple, ils fondirent en larmes. Ils dirent :
37
« Toi qui as choisi cette Demeure pour que ton nom y soit invoqué, tu as voulu qu'elle soit pour ton peuple une maison de prière et de supplication.
38
Exerce ta vengeance sur cet homme et sur son armée. Que l'épée les fasse périr ! Souviens-toi de leurs blasphèmes et ne leur accorde aucun repos ! »
39
Nicanor sortit de Jérusalem et prit position à Bethorone, où un contingent de l'armée syrienne vint le rejoindre.
40
Judas prit position à Adassa, avec trois mille hommes. Il fit cette prière :
41
« Le jour où les messagers du roi ont proféré des blasphèmes, ton ange est sorti pour frapper cent quatre-vingt-cinq mille d'entre eux.
42
De même, aujourd'hui, écrase devant nous cette armée et fais comprendre aux survivants que leur chef a mal parlé contre ton Lieu saint. Oui, juge-le selon sa méchanceté. »
43
Les armées engagèrent le combat le treize du mois nommé Adar. L'armée de Nicanor fut écrasée et lui-même fut tué le tout premier au combat.
44
Lorsqu'ils virent que leur chef était tombé, les soldats de Nicanor jetèrent leurs armes et s'enfuirent.
45
On les poursuivit sur un parcours d'une journée, depuis Adassa jusqu'aux abords de Gazara, les trompettes sonnant derrière eux pour donner le signal.
46
De tous les villages judéens alentour, on sortit pour les prendre de flanc et les rabattre. Tous tombèrent par l'épée ; pas un seul n'en réchappa.
47
On ramassa le butin et les dépouilles. On coupa la tête de Nicanor et sa main droite, qu'il avait levée dans un geste d'arrogance ; on les emporta pour les exposer aux abords de Jérusalem.
48
Le peuple fut transporté de joie et fêta ce jour-là comme un grand jour d'allégresse.
49
On décida de célébrer ce jour-là chaque année, le treize du mois nommé Adar.
50
La Judée connut alors quelques jours de tranquillité.

CHAPITRE 8

8 1 Judas entendit parler des Romains : c'étaient de vaillants guerriers, mais bien disposés envers tous ceux qui se rangeaient à leurs côtés et accordant leur amitié à tous ceux qui venaient à eux.
2
On lui raconta leurs guerres et les exploits accomplis par eux chez les Gaulois, qu'ils avaient vaincus et soumis à l'impôt.
3
On lui raconta aussi tout ce qu'ils avaient fait dans la province d'Espagne pour s'emparer des mines d'argent et d'or qui s'y trouvaient :
4
ils s'étaient rendus maîtres de tout ce pays grâce à leur habileté et à leur persévérance, car ce pays était fort éloigné de chez eux. Les rois venus des extrémités de la terre pour les attaquer, ils les avaient finalement écrasés en les frappant durement, tandis que d'autres devaient leur payer un tribut chaque année.
5
Philippe et Persée, rois des Macédoniens, et tous ceux qui s'étaient dressés contre eux, ils leur avaient fait la guerre et les avaient vaincus.
6
Antiocos le Grand, roi de l'Asie, avait entrepris de les combattre avec cent vingt éléphants, de la cavalerie, des chars et une armée très nombreuse. Lui aussi avait été écrasé devant eux.
7
Les Romains l'avaient capturé vivant et l'avaient obligé, lui et ses successeurs, à verser un lourd tribut. Il avait dû livrer des otages et céder
8
le pays indien, la Médie et la Lydie, parmi ses plus belles provinces, au profit du roi Eumène.
9
Les habitants de la Grèce, eux aussi, avaient décidé d'aller exterminer les Romains.
10
Quand ceux-ci l'apprirent, ils envoyèrent un seul général pour leur faire la guerre. Il y eut beaucoup de victimes parmi les Grecs ; leurs femmes et leurs enfants furent emmenés en captivité. Les Romains pillèrent leurs biens et se rendirent maîtres de leur pays. Ils démantelèrent leurs forteresses et les réduisirent à une servitude qui dure jusqu'à ce jour.
11
Les autres royaumes et les îles, tous ceux qui leur avaient résisté, ils les avaient dévastés et asservis.
12
Mais envers leurs amis et ceux qui s'appuyaient sur eux, ils gardaient leur amitié. Ils soumettaient les rois proches ou lointains, si bien qu'en entendant prononcer leur nom, tout le monde les redoutait.
13
Ceux dont ils voulaient soutenir la royauté régnaient, mais ils déposaient aussi ceux qu'ils voulaient. Ils étaient à l'apogée de leur puissance.
14
Pourtant, pas un seul d'entre eux n'avait porté le diadème, ni revêtu le manteau de pourpre en signe de gloire personnelle.
15
Ils s'étaient donné un sénat dont les trois cent vingt membres se réunissaient chaque jour pour délibérer en permanence des affaires du peuple et en assurer le bon ordre.
16
Ils confiaient chaque année à un seul homme la charge de les gouverner et d'exercer la domination sur tout leur territoire. Tous lui obéissaient, à lui seul, sans qu'il y ait chez eux ni envie ni jalousie.
17
Judas choisit Eupolème, fils de Jean, fils d'Akkôs, et Jason, fils d'Éléazar ; il les envoya à Rome pour conclure amitié et alliance.
18
Il espérait ainsi que les Romains, voyant le joug de servitude imposé à Israël par le royaume des Grecs, l'en délivreraient.
19
Ces hommes se rendirent donc à Rome. Au bout d'un très long voyage, ils entrèrent au sénat et prirent la parole. Ils dirent :
20
« Judas, celui que l'on surnomme Maccabée, ainsi que ses frères et tout le peuple des Juifs nous ont envoyés pour conclure avec vous une alliance de paix, afin d'être inscrits au nombre de vos alliés et amis. »
21
Cette affaire parut bonne aux yeux des Romains.
22
Voici la copie de la lettre qu'ils gravèrent sur des tables de bronze et qu'ils envoyèrent à Jérusalem pour y être un mémorial de paix et d'alliance :
23
« Prospérité aux Romains et à la nation des Juifs, sur mer et sur terre, à jamais ! Loin d'eux l'épée et l'ennemi !
24
Mais si une guerre menace Rome la première, ou l'un de ses alliés en tout lieu où s'exerce sa domination,
25
la nation des Juifs combattra avec elle de tout cœur, selon les exigences du moment.
26
Aux combattants, on ne donnera rien, on ne fournira ni blé, ni armes, ni argent, ni vaisseaux. Ainsi en a décidé Rome. Ils tiendront leurs engagements sans rien recevoir en échange.
27
De même, si une guerre touche d'abord la nation des Juifs, les Romains combattront avec elle de toute leur âme, selon les exigences du moment.
28
Aux alliés, on ne donnera ni blé, ni armes, ni argent, ni vaisseaux. Ainsi en a décidé Rome. Ils tiendront leurs engagements loyalement.
29
C'est en ces termes que les Romains ont statué avec le peuple des Juifs.
30
Si les uns ou les autres décident d'ajouter ou de retrancher quelque chose à ces termes, ils devront le faire d'un commun accord : toutes ces additions ou suppressions seront alors valables de plein droit.
31
Quant au roi Démétrios, qui accable de malheurs le peuple d'Israël, nous lui avons écrit en ces termes : « Pourquoi fais-tu peser ton joug sur les Juifs, nos amis et alliés ?
32
S'ils se plaignent encore de toi, nous soutiendrons leur cause et nous te combattrons, sur mer et sur terre.» »

CHAPITRE 9

9 1 Le roi Démétrios apprit que Nicanor et ses troupes étaient tombés au combat. Il renvoya donc en Judée Bacchidès et Alkime, accompagnés de l'aile droite de l'armée.
2
Ils se mirent en route pour la Galilée ; ils assiégèrent Maisalôth, dans le territoire d'Arbèles, ils s'en emparèrent et firent périr un grand nombre de vies humaines.
3
Le premier mois de l'an 152 de l'empire grec, ils dressèrent leur camp près de Jérusalem,
4
puis ils partirent et se dirigèrent vers Béerzaïth avec vingt mille fantassins et deux mille cavaliers.
5
Quant à Judas, il avait dressé son camp à Élassa. Trois mille guerriers d'élite étaient avec lui.
6
Mais ces hommes, en voyant la multitude des ennemis, furent pris de panique et beaucoup se glissèrent hors du camp ; il n'en resta plus que huit cents.
7
Judas vit que son armée avait fondu, alors que le combat était imminent. Il en eut le cœur brisé, parce qu'il n'avait plus le temps de rassembler les siens.
8
Désemparé, il dit à ceux qui étaient restés : « Debout ! Montons à la rencontre de nos adversaires. Peut-être pourrons-nous leur tenir tête ! »
9
Mais eux l'en dissuadaient par ces mots : « Pour l'instant, nous ne pouvons rien faire, sinon sauver nos vies. Nous reviendrons plus tard, avec nos frères, pour reprendre la lutte. Nous sommes trop peu nombreux ! »
10
Judas leur répliqua : « Il ne sera pas dit que j'ai choisi la fuite. Si notre heure est arrivée, mourons courageusement pour nos frères et ne laissons pas ternir notre gloire. »
11
L'armée ennemie quitta le camp et se posta en vue de l'affrontement. Sa cavalerie avait été partagée en deux groupes, ses frondeurs et ses archers marchaient en tête et ses meilleurs guerriers se trouvaient tous au premier rang.
12
Bacchidès, lui, se tenait à l'aile droite. Les bataillons se mirent en marche sur deux fronts, au son des trompettes. Les hommes de Judas sonnèrent, eux aussi, des trompettes,
13
et la terre fut ébranlée par le vacarme des armées. Le combat fit rage du matin jusqu'au soir.
14
Judas vit que Bacchidès se tenait sur la droite avec la partie la plus forte de son armée. Entouré de tous les guerriers les plus ardents,
15
il réussit à enfoncer l'aile droite et la poursuivit jusqu'à la montagne d'Azôt.
16
En voyant la déroute de l'aile droite, ceux de l'aile gauche se rabattirent sur les pas de Judas et de ses compagnons, les prenant à revers.
17
Le combat devint acharné et il y eut beaucoup de victimes de part et d'autre.
18
C'est alors que Judas succomba, lui aussi. Tous les autres s'enfuirent.
19
Jonathan et Simon emportèrent leur frère Judas. Ils l'ensevelirent dans le tombeau de ses pères, à Modine.
20
Tout Israël le pleura et se lamenta sur lui pendant de nombreux jours, dans le deuil et l'affliction. On disait :
21
« Comment est-il tombé, le héros qui sauvait Israël ? »
22
Tout ce que l'on pourrait dire encore au sujet de Judas, de ses guerres, de ses exploits et de son prestige, n'a pas été mis par écrit : il y en avait trop !
23
Après la mort de Judas, on vit réapparaître sur tout le territoire d'Israël les hommes infidèles à la Loi. Tous ceux qui commettaient l'injustice se redressèrent.
24
Comme il y avait alors une très grande famine, le pays se rallia à eux.
25
Bacchidès choisit les impies pour régenter la province.
26
Ces hommes se mirent à rechercher et traquer les amis de Judas, afin de les faire comparaître devant Bacchidès, qui les punissait et les tournait en dérision.
27
Ce fut une grande épreuve pour Israël, une oppression telle qu'on n'en avait plus vue de semblable depuis la disparition des prophètes.
28
Tous les amis de Judas se rassemblèrent et dirent à Jonathan :
29
« Depuis la mort de ton frère Judas, il n'y a plus d'homme pareil à lui pour marcher contre l'ennemi et contre Bacchidès, contre tous ceux qui sont hostiles à notre nation.
30
C'est pourquoi nous te choisissons aujourd'hui à sa place comme chef et comme guide, pour prendre la tête de notre combat. »
31
Jonathan reçut donc le commandement ce jour-là. Il succéda ainsi à son frère Judas.
32
Lorsqu'il en fut informé, Bacchidès chercha à le faire périr.
33
Sachant cela, Jonathan et son frère Simon s'enfuirent avec tous leurs compagnons au désert de Thékoé. Là, ils établirent leur campement près de l'eau de la citerne Asfar.
34
Bacchidès en fut informé le jour du sabbat. Il se rendit lui-même avec toute son armée au-delà du Jourdain.
35
Jonathan envoya son frère Jean, responsable des équipements, demander à ses amis les Nabatéens l'autorisation de déposer chez eux ses bagages, qui étaient considérables.
36
Mais les fils de Jambri, ceux de Mèdaba, firent une sortie. Ils s'emparèrent de Jean et de tout ce qu'il avait, et ils repartirent avec ce butin.
37
Par la suite, on annonça à Jonathan et à son frère Simon que les fils de Jambri célébraient un grand mariage. La fiancée, qui était la fille d'un notable très important de Canaan, était escortée en grande pompe depuis Nabatha.
38
Se souvenant de la mort sanglante de leur frère Jean, Jonathan et les siens montèrent se cacher dans un repli de la montagne.
39
Ils levèrent les yeux et virent, au milieu d'un cortège bruyant et de tous les bagages, le fiancé, ses amis et ses frères, qui marchaient dans leur direction, avec des tambourins, des instruments de musique et des armes en grand nombre.
40
De leur embuscade, ils se jetèrent sur eux et les massacrèrent. Il y eut beaucoup de victimes, et les survivants s'enfuirent dans la montagne. On emporta tout le butin.
41
La noce se changea en deuil, et le son de la musique en lamentations.
42
C'est ainsi qu'ils tirèrent vengeance du sang de leur frère. Ensuite, ils regagnèrent les marais du Jourdain.
43
Bacchidès en fut informé. Le jour du sabbat, il se rendit jusqu'aux rives du Jourdain avec une armée nombreuse.
44
Jonathan dit à ses hommes : « Debout ! Combattons pour sauver nos vies, car aujourd'hui, ce n'est pas comme hier et les jours précédents.
45
Voici que le combat est à la fois devant et derrière nous. De part et d'autre, c'est l'eau du Jourdain, le marais et le fourré : il n'y a pas d'endroit où s'esquiver.
46
Criez donc maintenant vers le Ciel, afin d'échapper aux mains de nos ennemis. »
47
Le combat s'engagea. Jonathan étendit la main pour frapper Bacchidès, mais celui-ci esquiva le coup en se rejetant en arrière.
48
Jonathan et ses compagnons sautèrent dans le Jourdain et atteignirent l'autre rive à la nage, mais leurs ennemis ne traversèrent pas le Jourdain à leur suite.
49
Ce jour-là, environ mille hommes succombèrent du côté de Bacchidès.
50
Celui-ci retourna à Jérusalem. Par la suite, Bacchidès fit construire des villes fortes en Judée : la forteresse de Jéricho, celles d'Emmaüs, de Bethorone et de Béthel, de Tamnatha, de Pharathone et de Tephone, avec de hauts remparts, des portes et des verrous.
51
Il y plaça des garnisons pour harceler Israël.
52
Il fortifia aussi la ville de Bethsour, Gazara et la citadelle ; il y plaça des troupes et des réserves de nourriture.
53
Les fils des chefs de la province furent pris en otages et retenus sous bonne garde dans la citadelle de Jérusalem.
54
Le deuxième mois de l'an 153 de l'empire grec, Alkime, le grand prêtre, ordonna d'abattre le mur de la cour intérieure du Lieu saint, détruisant ainsi l'œuvre des prophètes. Il fit commencer la démolition.
55
Mais, à ce moment-là, Alkime eut une attaque, si bien qu'il fallut interrompre ses travaux. Sa bouche se ferma ; atteint de paralysie, il ne fut plus capable de dire un mot, ni de donner des ordres concernant sa maison.
56
Alkime mourut à cette époque, en proie à de vives souffrances.
57
Voyant qu'Alkime était mort, Bacchidès retourna chez le roi, et la Judée connut deux années de tranquillité.
58
En ce temps-là, tous les hommes infidèles à la Loi se rassemblèrent pour délibérer. Ils se disaient : « Voici que Jonathan et ses hommes vivent tranquilles et sans méfiance. Faisons donc venir Bacchidès maintenant : il les arrêtera tous, en une nuit. »
59
Ils allèrent en délibérer avec lui,
60
et Bacchidès se mit en route avec une troupe nombreuse. En cachette, il envoya des lettres à tous ses alliés de Judée pour qu'ils arrêtent Jonathan et ses compagnons. Mais ils ne purent le faire car leur projet fut éventé.
61
En revanche, une cinquantaine d'hommes du pays, parmi ceux qui avaient été à l'origine de ce forfait, furent pris et massacrés.
62
Jonathan, Simon et leurs compagnons se retirèrent à Bethbassi, dans le désert. Ils rebâtirent les ruines de cette place et la fortifièrent.
63
Bacchidès en fut informé. Il rassembla toute sa troupe et fit également appel à ses partisans de Judée.
64
Il vint prendre position en face de Bethbassi, lui donna l'assaut pendant de nombreux jours et construisit des machines de guerre.
65
Laissant son frère Simon dans la ville, Jonathan sortit dans la campagne avec un détachement.
66
Il battit Odomera et ses frères, ainsi que les fils de Phasirone, dans leur campement. Ils se mirent à attaquer et à monter avec les troupes.
67
Alors, Simon et ses hommes sortirent de la ville et incendièrent les machines de guerre.
68
Ils combattirent Bacchidès, qui dut plier devant eux, profondément accablé parce que son plan et son expédition avaient échoué.
69
Rempli d'un violent ressentiment contre ces hommes infidèles à la Loi qui lui avaient suggéré de venir dans la région, il en tua un grand nombre. Puis, il décida de rentrer chez lui.
70
À cette nouvelle, Jonathan lui envoya des messagers pour conclure avec lui la paix et régler la restitution des prisonniers.
71
Bacchidès accepta et se conforma aux propositions de Jonathan. Il lui jura de ne plus chercher à lui faire du mal, pour le reste de sa vie.
72
Après avoir restitué les prisonniers qu'il avait auparavant capturés en Judée, il retourna dans son pays et ne revint plus sur leur territoire.
73
L'épée se reposa en Israël, et Jonathan s'installa à Macmas, où il devint juge pour le peuple. Il fit disparaître les impies du milieu d'Israël.

CHAPITRE 10


1Maccabées (LIT) 5