1Maccabées (LIT) 13

CHAPITRE 13

13 1 Simon apprit que Tryphon avait réuni une grande armée pour se rendre au pays de Juda et le ravager.
2
Voyant que le peuple tremblait d'épouvante, il monta à Jérusalem, rassembla le peuple
3
et l'exhorta en ces termes : « Vous savez bien vous-mêmes tout ce que nous avons fait, moi, mes frères et la maison de mon père, en faveur des lois et du Lieu saint. Vous connaissez les guerres et les angoisses que nous avons traversées.
4
C'est pour cela, pour Israël, que tous mes frères ont péri. Je suis resté, moi seul.
5
Maintenant, quelle que soit la détresse de ce temps, il ne sera pas dit que j'ai épargné ma vie ! Car je ne suis pas meilleur que mes frères.
6
Au contraire, je vengerai ma nation et le Lieu saint, vos femmes et vos enfants, puisque toutes les nations païennes, poussées par la haine, se sont liguées pour nous anéantir. »
7
L'esprit du peuple se ranima dès qu'il entendit ces paroles
8
et tous répondirent d'une voix forte : « C'est toi qui es notre guide, à la place de Judas et de Jonathan, ton frère.
9
Prends la tête de notre combat, et tout ce que tu nous diras, nous le ferons. »
10
Simon rassembla donc tous les hommes de guerre ; il se hâta d'achever les remparts de Jérusalem et fortifia la ville tout autour.
11
Il envoya à Joppé Jonathan, fils d'Absalom, accompagné d'une troupe importante. Celui-ci en chassa les habitants et s'y établit.
12
Tryphon quitta Ptolémaïs avec une armée nombreuse, pour pénétrer dans le pays de Juda ; il emmenait avec lui Jonathan, sous bonne garde.
13
Simon, lui, établit son camp à Adida, en face de la plaine.
14
Apprenant que Simon avait pris la relève de son frère Jonathan et qu'il s'apprêtait à lui livrer bataille, Tryphon lui envoya des messagers pour lui dire :
15
« Ton frère Jonathan doit de l'argent au trésor royal, en raison des fonctions qu'il exerçait ; c'est pour cela que nous le retenons captif.
16
Envoie donc maintenant une somme de cent talents d'argent et deux de ses fils en otages, de peur qu'une fois relâché, il ne se dresse contre nous. À cette condition, nous le relâcherons. »
17
Simon se rendit bien compte que ces paroles étaient trompeuses, mais il envoya chercher l'argent et les jeunes enfants, de peur de s'attirer une grande hostilité de la part du peuple.
18
On aurait pu dire : « C'est parce que Simon ne lui a pas envoyé l'argent et les jeunes enfants, que Jonathan a péri. »
19
Simon envoya donc les deux jeunes enfants et la somme de cent talents, mais Tryphon renia sa parole et ne relâcha pas Jonathan.
20
Après quoi, il se mit en marche pour envahir le pays et le dévaster. Il fit un détour par le chemin d'Adora, mais Simon et son armée lui faisaient obstacle partout où il passait.
21
De leur côté, les occupants de la citadelle de Jérusalem envoyèrent des messagers auprès de Tryphon, le pressant de les rejoindre par le désert et de leur faire parvenir des vivres.
22
Tryphon prépara donc toute sa cavalerie, mais la neige tomba cette nuit-là en telle abondance qu'il ne put s'y rendre. Il quitta ce lieu pour le pays de Galaad.
23
Aux approches de Baskama, il tua Jonathan, qui fut enseveli en ce lieu.
24
Puis, il rebroussa chemin et retourna dans son pays.
25
Simon envoya recueillir les ossements de son frère Jonathan et l'ensevelit à Modine, la ville de ses pères.
26
Tout Israël mena un grand deuil et se lamenta sur lui pendant de nombreux jours.
27
Sur le tombeau de son père et de ses frères, Simon bâtit un monument assez élevé pour être vu de loin, en pierres polies à l'arrière comme en façade.
28
Il y dressa sept pyramides, l'une en face de l'autre, en l'honneur de son père, de sa mère et de ses quatre frères.
29
Il leur fit des socles et les entoura de hautes colonnes. Sur ces colonnes, en souvenir éternel, il plaça un décor d'armes et des vaisseaux sculptés en relief pour être vus de tous ceux qui navigueraient sur la mer.
30
Tel fut le monument funéraire qu'il éleva à Modine et qui existe encore aujourd'hui.
31
Cependant Tryphon, dans sa duplicité à l'égard du jeune roi Antiocos, finit par le tuer.
32
Il devint roi à sa place, s'empara du diadème de l'Asie et causa beaucoup de tort au pays.
33
Quant à Simon, il rebâtit les forteresses de Judée, les entoura de hautes tours et de remparts élevés, munis de portes et de verrous. Dans ces forteresses, il entreposa des vivres.
34
Simon choisit quelques hommes qu'il envoya au roi Démétrios pour que celui-ci accorde au pays une remise d'impôts, car tous les actes de Tryphon n'avaient été que pillage.
35
Le roi Démétrios lui envoya une réponse conforme à sa demande et lui écrivit la lettre suivante :
36
« Le roi Démétrios, à Simon, grand prêtre et ami des rois, aux anciens et à la nation des Juifs, salut !
37
Nous avons reçu volontiers la couronne d'or et la palme que vous avez envoyées ; nous sommes disposés à conclure avec vous une paix complète et à prescrire aux fonctionnaires de vous accorder les remises d'impôts.
38
Tout ce que nous avons statué en votre faveur reste confirmé. Les forteresses que vous avez bâties, qu'elles soient vôtres !
39
Nous vous faisons grâce des négligences et des fautes commises jusqu'à ce jour. Nous renonçons à la couronne que vous nous devez. S'il est encore pour Jérusalem d'autres redevances à payer, qu'il ne soit plus rien exigé à l'avenir !
40
Enfin, s'il en est parmi vous qui sont aptes à être enrôlés dans notre garde du corps, qu'ils se fassent inscrire, et qu'il y ait la paix entre nous ! »
41
C'est en l'année 170 de l'empire grec que le joug des nations païennes fut retiré d'Israël,
42
et le peuple se mit à mentionner sur les actes et les contrats : « La première année de Simon, grand prêtre éminent, chef de l'armée et guide des Juifs ».
43
En ces jours-là, Simon mit le siège devant Gazara et l'encercla. Il construisit une tour roulante, l'amena tout près de la ville, attaqua un de ses bastions et s'en empara.
44
De la tour, les combattants se précipitèrent dans la ville, où il se produisit une véritable panique.
45
Les habitants de la ville montèrent sur les remparts avec leurs femmes et leurs enfants, déchirèrent leurs vêtements et crièrent d'une voix forte pour supplier Simon de leur tendre la main droite en signe de paix.
46
Ils disaient : « Ne nous traite pas selon nos méchancetés mais selon ta miséricorde. »
47
Simon le leur accorda et cessa le combat, mais les expulsa de la ville. Puis il purifia les maisons où se trouvaient les idoles. C'est ainsi qu'il fit son entrée dans la ville, au chant des hymnes et des bénédictions.
48
Il en expulsa toute impureté et y installa des hommes fidèles à la Loi. Il la fortifia et s'y fit construire une résidence.
49
De leur côté, les occupants de la citadelle de Jérusalem étaient empêchés de sortir et de se rendre à la campagne, d'acheter et de vendre. Ils eurent terriblement faim et bon nombre d'entre eux furent emportés par la famine.
50
Ils crièrent à Simon de conclure avec eux la paix, ce qu'il leur accorda. Cependant il les expulsa de ce lieu et purifia la citadelle de toute souillure.
51
Alors, il y fit son entrée, le vingt-troisième jour du deuxième mois de l'année 171, avec des acclamations et des branches de palmier, au son des cithares, des cymbales et des harpes, avec des hymnes et des cantiques, parce qu'un grand ennemi avait été brisé et jeté hors d'Israël.
52
Simon décida de commémorer ce jour-là chaque année dans l'allégresse. Il fortifia aussi la montagne du Temple du côté de la citadelle. C'est là qu'il habita, lui et les siens.
53
Voyant que son fils Jean était devenu un homme, Simon le plaça à la tête de toutes les troupes. Jean résidait à Gazara.

CHAPITRE 14

14 1 En l'an 172 de l'empire grec, le roi Démétrios rassembla son armée et se rendit en Médie pour y chercher de l'aide afin de combattre Tryphon.
2
Arsace, roi de Perse et de Médie, apprit que Démétrios était entré sur son territoire ; il envoya un de ses généraux pour le capturer vivant.
3
Celui-ci partit donc et battit l'armée de Démétrios. Il le captura et l'amena chez Arsace, qui le fit mettre en prison.
4
Tout au long des jours de Simon, le pays connut la tranquillité. Simon rechercha le bien de sa nation ; son autorité fut appréciée de tous, autant que sa gloire, tout au long de ses jours.
5
En pleine gloire, il prit Joppé, en fit un port, s'ouvrant ainsi l'accès aux îles de la mer.
6
Il élargit les frontières de sa nation, affermit son pouvoir sur le pays
7
et rassembla de nombreux captifs. Il se rendit maître de Gazara, de Bethsour et de la citadelle d'où il extirpa toute impureté. Il n'y eut personne pour lui résister.
8
Chacun cultivait sa terre dans la paix ; la terre donnait ses produits, et les arbres des champs leur fruit.
9
Les vieillards s'installaient sur les places publiques, tous, ils s'entretenaient de leur bonheur, et les jeunes gens revêtaient de splendides tenues guerrières.
10
Il approvisionna les villes, en fit des instruments de sa force, et le renom de sa gloire atteignit le bout du monde.
11
Il instaura la paix dans le pays : Israël connut une immense allégresse.
12
Chacun pouvait s'asseoir sous sa vigne ou son figuier sans avoir à redouter personne.
13
Tout adversaire disparut de leur pays, et les rois, en ce temps-là, furent écrasés.
14
Simon releva tous les humbles de son peuple. Il observa fidèlement la Loi, supprimant tout homme infidèle et malfaisant.
15
Il favorisa la splendeur du Lieu saint, multipliant la richesse de son mobilier.
16
La nouvelle de la mort de Jonathan parvint à Rome et jusqu'à Sparte où l'on en fut très contrarié.
17
Mais lorsqu'on apprit que son frère Simon, devenu grand prêtre à sa place, gouvernait le pays et les villes qui s'y trouvaient,
18
on inscrivit sur des tables de bronze le renouvellement de l'amitié et de l'alliance conclues autrefois avec Judas et Jonathan, ses frères.
19
Lecture en fut donnée devant l'assemblée, à Jérusalem.
20
Voici la copie de la lettre qu'envoyèrent les Spartiates : « Les magistrats et la ville des Spartiates à Simon, grand prêtre, ainsi qu'aux anciens, aux prêtres et au reste du peuple des Juifs, leurs frères, salut !
21
Les ambassadeurs que vous avez envoyés auprès de notre peuple nous ont informés de votre gloire et de votre prestige. Nous nous sommes réjouis de leur visite.
22
Nous avons inscrit leurs déclarations parmi les décisions du peuple, en ces termes : « Nouménios, fils d'Antiocos, et Antipater, fils de Jason, ambassadeurs des Juifs, sont venus chez nous pour renouveler leur amitié à notre égard.»
23
Le peuple a jugé bon de recevoir ces hommes avec honneur et de déposer la copie de leur discours aux archives publiques, afin que le peuple de Sparte en garde le souvenir. Une copie de cette lettre fut établie à l'intention de Simon, le grand prêtre. »
24
Après cela, Simon envoya Nouménios à Rome avec un grand bouclier d'or pesant mille livres, pour confirmer l'alliance avec eux.
25
Apprenant ces événements, le peuple dit : « Quel témoignage de reconnaissance donnerons-nous à Simon et à ses fils ?
26
Car il s'est montré ferme, lui-même, ainsi que ses frères et la maison de son père, pour combattre et repousser les ennemis d'Israël. Ils ont assuré au peuple la liberté. » On fit donc graver une inscription sur des tables de bronze, que l'on plaça sur des stèles à la montagne de Sion.
27
Voici le texte de cette inscription : « Le dix-huitième jour du mois d'Élul, en l'an 172, la troisième année du règne de Simon, grand prêtre éminent, en Asaramel,
28
en présence de la grande assemblée des prêtres, du peuple, des chefs de la nation et des anciens du pays, on nous a fait connaître ce qui suit.
29
Lors des nombreux combats qui ont eu lieu dans le pays, Simon fils de Mattathias, descendant des fils de Joarib, ainsi que ses frères affrontèrent eux-mêmes le danger. Ils ont tenu tête aux adversaires de leur nation, afin que soient maintenus leur Lieu saint et la Loi. Ils ont ainsi couvert leur nation d'une grande gloire.
30
Jonathan rassembla sa nation et devint pour elle grand prêtre, puis il fut réuni aux pères de son peuple.
31
Leurs ennemis voulurent envahir le pays pour le ravager et porter la main sur le Lieu saint.
32
C'est alors que se leva Simon. Il combattit pour sa nation ; il dépensa une grande partie de ses propres biens pour équiper les hommes de l'armée de sa nation et leur payer une solde.
33
Il fortifia les villes de la Judée, ainsi que Bethsour, ville frontière où était auparavant l'arsenal de l'ennemi. Il y plaça une garnison juive.
34
Il fortifia Joppé, sur la côte, et Gazara, aux confins de la région d'Azôt, ville autrefois peuplée d'ennemis. Il y installa des Juifs. Toutes ces villes, il les munit de ce qui était nécessaire à leur prospérité.
35
Le peuple vit la fidélité de Simon et la gloire qu'il avait décidé de procurer à sa nation. Dès lors, il le choisit comme guide et grand prêtre, en raison de tout ce qu'il avait accompli, de la justice et de la fidélité qu'il avait gardées envers sa nation, et parce qu'il avait travaillé de toutes les manières à la grandeur de son peuple.
36
Durant ses jours, grâce à lui, on réussit à extirper les païens du pays, même ceux qui occupaient la Cité de David à Jérusalem. Les païens en avaient fait leur citadelle et, chaque fois qu'ils en sortaient, ils profanaient les abords du Lieu saint, portant gravement atteinte à sa pureté.
37
Simon installa en ce lieu des soldats juifs et le fortifia pour la sécurité du pays et de la ville. Il suréleva aussi les remparts de Jérusalem.
38
Pour tout cela, le roi Démétrios le confirma dans sa charge de grand prêtre,
39
le mit au nombre de ses amis et le couvrit de grands honneurs.
40
Il avait appris, en effet, que les Romains traitaient les Juifs d'amis, d'alliés et de frères, et qu'ils avaient accueilli avec honneur les ambassadeurs de Simon.
41
Il avait appris aussi que les Juifs et les prêtres avaient jugé bon de nommer Simon guide et grand prêtre à perpétuité, jusqu'à ce que se lève un prophète digne de foi.
42
En outre, ils lui avaient confié le commandement de l'armée, la responsabilité du Lieu saint, la charge de nommer les chefs de travaux, les administrateurs du pays, de l'armement et des fortifications.
43
Tous devaient lui obéir. Tous les actes du pays devaient être rédigés en son nom, et lui-même devait être revêtu de pourpre et porter des ornements d'or.
44
Il ne sera permis à personne, ni dans le peuple ni parmi les prêtres, de rejeter une seule de ces dispositions ou de contredire les ordres de Simon, de convoquer sans lui une réunion dans le pays, de revêtir la pourpre ou de porter une agrafe d'or.
45
Quiconque agira à l'encontre de ces décisions ou en rejettera une, sera passible d'une sanction.
46
Tout le peuple a jugé bon d'accorder à Simon le droit d'agir selon ces dispositions.
47
Simon a accepté. Il a jugé bon d'exercer la charge de grand prêtre, d'être chef de l'armée, gouverneur des Juifs et des prêtres, et d'être à la tête de tous.
48
On a décidé de mettre cela par écrit sur des tables de bronze, placées en évidence dans l'enceinte du Lieu saint,
49
tandis que des copies en seront déposées dans la chambre du trésor, à la disposition de Simon et de ses fils. »

CHAPITRE 15

15 1 Antiocos, fils du roi Démétrios, envoya, des îles de la mer, une lettre à Simon, prêtre et gouverneur des Juifs, ainsi qu'à toute la nation.
2
Elle était ainsi conçue : « Le roi Antiocos à Simon, grand prêtre et gouverneur, et à la nation des Juifs, salut !
3
Des scélérats se sont emparés du royaume de nos pères, mais je veux revendiquer la possession du royaume, afin de le rétablir tel qu'il était auparavant. J'ai donc recruté un grand nombre de troupes mercenaires, j'ai équipé des vaisseaux de guerre.
4
Et je veux débarquer dans le pays, afin de poursuivre ceux qui l'ont ravagé et qui ont dévasté de nombreuses villes dans mon royaume.
5
Je te confirme donc maintenant toutes les remises d'impôts que t'ont accordées les rois qui m'ont précédé, et la dispense qu'ils t'ont consentie de tous les autres présents.
6
Je t'autorise à frapper une monnaie propre à ton pays.
7
Jérusalem et le Lieu saint sont libres. Tout l'armement que tu as fabriqué, les forteresses que tu as bâties et qui sont en ton pouvoir, tu peux les conserver.
8
Tout ce que tu dois au trésor royal, avec tout ce que tu lui devrais à l'avenir, que cela te soit remis dès maintenant et pour toujours.
9
Lorsque nous aurons rétabli notre royauté, nous te couvrirons de grands honneurs, toi-même, ta nation et le Temple, au point de rendre votre gloire éclatante aux yeux du monde entier. »
10
L'an 174 de l'empire grec, Antiocos partit pour le pays de ses pères. Toutes les troupes se rallièrent à lui, si bien qu'il ne resta qu'une poignée d'hommes avec Tryphon.
11
Celui-ci, poursuivi par Antiocos, s'enfuit et parvint à Dora, au bord de la mer :
12
il se rendait compte en effet que les malheurs s'étaient accumulés sur lui et que ses troupes l'avaient abandonné.
13
Antiocos prit position devant Dora avec cent vingt mille combattants et huit mille cavaliers.
14
Il encercla la ville, tandis que ses vaisseaux attaquaient par la mer. Il bloqua les issues de la ville par terre et par mer, ne laissant personne sortir ni entrer.
15
Entre-temps, Nouménios et ses compagnons revinrent de Rome avec des lettres adressées aux rois et aux pays. En voici le texte :
16
« Lucius, consul des Romains, au roi Ptolémée, salut !
17
Les ambassadeurs des Juifs, envoyés par le grand prêtre Simon et par le peuple juif, sont venus chez nous en amis et en alliés, pour renouveler l'amitié et l'alliance de jadis.
18
Ils ont apporté un bouclier d'or de mille livres.
19
Nous avons donc jugé bon d'écrire aux rois et aux pays de ne pas leur causer de tort, de ne pas leur faire la guerre, à eux, ni à leurs villes, ni à leur pays, et de ne pas s'allier à ceux qui leur feraient la guerre.
20
Nous avons aussi décidé d'accepter de leur part le bouclier.
21
Si donc des scélérats ont fui leur pays pour se rendre auprès de vous, livrez-les au grand prêtre Simon, afin qu'il les punisse selon la loi juive. »
22
La même lettre fut adressée au roi Démétrios, à Attale, à Ariarathe, à Arsace
23
et dans tous les pays : à Sampsamé, aux Spartiates, à Délos, à Myndos, à Sicyone, en Carie, à Samos, en Pamphylie, en Lycie, à Halicarnasse, à Rhodes, à Phasélis, à Cos, à Sidé, à Arados, à Gortyne, à Cnide, à Chypre et à Cyrène.
24
Une copie de cette lettre fut établie à l'intention de Simon, le grand prêtre.
25
Le roi Antiocos avait donc pris position devant Dora, dans son faubourg. Sans répit, il lançait contre elle ses détachements et fabriquait des machines de guerre. Il bloquait Tryphon pour que nul ne puisse ni sortir ni entrer.
26
Simon, pour sa part, lui envoya deux mille hommes d'élite pour combattre à ses côtés, ainsi que de l'argent, de l'or et un matériel considérable.
27
Non seulement le roi refusa de les recevoir, mais il révoqua tout ce qui avait été convenu auparavant avec Simon et traita celui-ci comme un étranger.
28
Il lui envoya Athénobios, l'un de ses amis, pour lui communiquer ceci : « Vous occupez Joppé et Gazara, ainsi que la citadelle de Jérusalem ; or, ce sont des villes de mon royaume.
29
Vous avez dévasté leur territoire et causé beaucoup de tort au pays, en vous rendant maîtres de nombreuses localités de mon royaume.
30
Maintenant, rendez-moi donc les villes dont vous vous êtes emparés et payez les impôts des régions que vous avez soumises hors des frontières de la Judée.
31
Sinon, donnez en échange la somme de cinq cents talents d'argent et cinq cents autres talents pour les dommages causés et les impôts des villes. Faute de quoi, nous viendrons vous faire la guerre. »
32
Arrivé à Jérusalem, Athénobios, l'ami du roi, vit la magnificence de Simon, un meuble avec des coupes d'or et d'argent et le faste extraordinaire dont il s'entourait : il en fut stupéfait. Il lui fit alors connaître les paroles du roi.
33
Simon lui répondit : « Ce n'est pas une terre étrangère que nous avons prise, ni la propriété d'autrui que nous avons conquise, mais bien l'héritage de nos pères, injustement occupé pendant quelque temps par nos ennemis.
34
Nous avons simplement profité d'une occasion favorable pour récupérer l'héritage de nos pères.
35
Quant à Joppé et Gazara, que tu réclames, ces villes causaient beaucoup de tort à notre peuple et dévastaient notre pays. Pour elles, nous donnerons la somme de cent talents. »
36
L'envoyé ne lui répondit mot. Il s'en retourna furieux chez le roi, l'informa de ces paroles, de la magnificence de Simon et de tout ce qu'il avait vu. Et le roi fut pris d'une violente colère.
37
Or, Tryphon monta sur un bateau et s'enfuit vers Orthosia.
38
Le roi institua Kendébée général en chef de la zone du littoral. Il lui donna des troupes d'infanterie et de cavalerie,
39
avec pour mission de prendre position en face de la Judée, de rebâtir Kédrone, de consolider ses portes et de faire la guerre au peuple. Puis il se lança à la poursuite de Tryphon.
40
Kendébée, lui, parvenu à Jamnia, se mit à provoquer le peuple juif, à faire des incursions en Judée, à ramener des prisonniers et à massacrer.
41
Il rebâtit Kédrone et y plaça des cavaliers et des fantassins pour opérer des sorties et parcourir les routes de Judée, comme le roi le lui avait ordonné.

CHAPITRE 16

16 1 Jean monta de Gazara à Jérusalem et informa Simon, son père, des manœuvres de Kendébée.
2
Alors, Simon fit venir ses deux fils aînés, Judas et Jean, et leur dit : « Moi, mes frères et la maison de mon père, nous avons fait la guerre aux ennemis d'Israël depuis notre jeunesse jusqu'à ce jour, et, bien souvent, il nous a été donné de délivrer Israël.
3
Maintenant, je suis vieux, tandis que vous, par la miséricorde du Ciel, vous avez l'âge qu'il faut. Prenez donc ma place et celle de mon frère, partez combattre pour notre nation, et que le secours du Ciel soit avec vous ! »
4
Il choisit dans le pays vingt mille hommes de guerre et des cavaliers. Ceux-ci marchèrent contre Kendébée et passèrent la nuit à Modine.
5
Levés dès l'aube, ils avançaient dans la plaine, lorsqu'une armée nombreuse de fantassins et de cavaliers vint à leur rencontre. Un torrent les séparait encore.
6
Jean prit position en face d'eux, lui et son groupe. Quand il vit que celui-ci avait peur de franchir le torrent, il traversa le premier. À cette vue, tous traversèrent derrière lui.
7
Il répartit son groupe et plaça les cavaliers au milieu des fantassins, car la cavalerie adverse était très nombreuse.
8
On sonna de la trompette. Kendébée fut mis en déroute avec son armée ; il y eut beaucoup de victimes parmi eux, et les survivants s'enfuirent vers la forteresse.
9
C'est alors que fut blessé Judas, le frère de Jean ; mais Jean poursuivit l'ennemi jusqu'à ce que Kendébée arrive à Kédrone, la forteresse qu'il avait rebâtie.
10
Les ennemis s'enfuirent jusqu'aux tours qui sont dans la campagne d'Azôt, et Jean les incendia. Environ deux mille hommes parmi eux succombèrent. Après cela, Jean retourna en paix en Judée.
11
Ptolémée, fils d'Aboubos, avait été nommé gouverneur militaire de la plaine de Jéricho et possédait beaucoup d'argent et d'or.
12
Il était en effet le gendre du grand prêtre.
13
Son cœur s'exalta : il voulut se rendre maître du pays. Il forma donc le projet perfide de supprimer Simon et ses fils.
14
Or, Simon faisait une tournée d'inspection dans les villes du pays, pour veiller à leur administration. Le onzième mois – c'est-à-dire le mois de Shebath – de l'an 177 de l'empire grec, il descendit à Jéricho avec ses fils Mattathias et Judas.
15
Avec ruse, le fils d'Aboubos les reçut dans une petite forteresse appelée Dôk, qu'il avait fait construire, et il leur offrit un grand festin. Or, il avait caché des hommes en ce lieu.
16
Lorsque Simon et ses fils furent ivres, Ptolémée bondit avec ses hommes ; ils prirent leurs armes et se jetèrent sur Simon dans la salle du festin. Ils le tuèrent, ainsi que ses deux fils et quelques-uns de ses serviteurs.
17
Ptolémée commit ainsi une grave trahison et il rendit le mal pour le bien.
18
Il écrivit au roi pour l'informer de ce qu'il avait fait. Il lui demanda d'envoyer des troupes à son secours et de lui donner le gouvernement du pays et des villes de Judée.
19
Il envoya des hommes à Gazara, pour supprimer Jean. Il convoqua par lettres les commandants de l'armée, afin de leur donner de l'argent, de l'or et des présents.
20
Il envoya d'autres hommes encore pour prendre possession de Jérusalem et de la montagne du Temple.
21
Mais quelqu'un prit les devants et se rendit à Gazara pour annoncer à Jean la mort de son père et de ses frères ; il ajouta : « On a envoyé quelqu'un pour te tuer, toi aussi. »
22
À cette nouvelle, Jean fut complètement hors de lui. Il se saisit des hommes qui étaient venus le supprimer et les tua, car il avait appris que ces hommes cherchaient à le faire périr.
23
Tout ce que l'on pourrait dire encore au sujet de Jean, de ses guerres et de ses actes de bravoure, des remparts qu'il fit construire et de ses faits et gestes,
24
tout cela est raconté dans le livre des Annales de son pontificat, depuis le jour où il devint grand prêtre à la place de son père.



1Maccabées (LIT) 13