2Samuel (LIT) 16

CHAPITRE 16

16 1 À peine David avait-il passé le sommet que Ciba, le serviteur de Mefibosheth, vint à sa rencontre avec une paire d'ânes bâtés, portant deux cents pains, cent gâteaux de raisins secs, cent fruits de l'été et une outre de vin.
2
Le roi dit à Ciba : « Que vas-tu faire de tout cela ? » Ciba répondit : « Les ânes serviront de monture à la famille du roi ; les pains et les fruits seront la nourriture des plus jeunes, et le vin, la boisson pour qui sera épuisé dans le désert. »
3
Le roi lui demanda : « Mais où est donc Mefibosheth, le fils de ton maître ? » Ciba lui dit : « Eh bien, il est resté à Jérusalem car il s'est dit : Aujourd'hui la maison d'Israël va me rendre la royauté de mon père ! »
4
Alors le roi lui déclara : « Tout ce qui est à Mefibosheth t'appartient. » Ciba lui dit : « Me voici prosterné devant toi. Que je trouve grâce à tes yeux, mon seigneur le roi ! »
5
Comme le roi David atteignait Bahourim, il en sortit un homme du même clan que la maison de Saül. Il s'appelait Shiméï, fils de Guéra. Tout en sortant, il proférait des malédictions.
6
Il lançait des pierres à David et à tous les serviteurs du roi, tandis que la foule et les guerriers entouraient le roi à droite et à gauche.
7
Shiméï maudissait le roi en lui criant : « Va-t'en, va-t'en, homme de sang, vaurien !
8
Le Seigneur a fait retomber sur toi tout le sang de la maison de Saül dont tu as usurpé la royauté ; c'est pourquoi le Seigneur a remis la royauté entre les mains de ton fils Absalom. Et te voilà dans le malheur, car tu es un homme de sang. »
9
Abishaï, fils de Cerouya, dit au roi : « Comment ce chien crevé peut-il maudire mon seigneur le roi ? Laisse-moi passer, que je lui tranche la tête. »
10
Mais le roi répondit : « Que me voulez-vous, fils de Cerouya ? S'il maudit, c'est peut-être parce que le Seigneur lui a ordonné de maudire David. Alors, qui donc pourrait le lui reprocher ? »
11
David dit à Abishaï et à tous ses serviteurs : « Même celui qui est mon propre fils s'attaque à ma vie : à plus forte raison ce descendant de Benjamin ! Laissez-le maudire, si le Seigneur le lui a ordonné.
12
Peut-être que le Seigneur considérera ma misère et me rendra le bonheur au lieu de sa malédiction d'aujourd'hui. »
13
David et ses hommes continuèrent leur chemin, tandis que Shiméï avançait, tout près de lui, sur le flanc de la montagne. Il proférait ses malédictions et lançait des pierres tout près du roi, en faisant voler la poussière.
14
Le roi et toute la troupe qui était avec lui arrivèrent, épuisés, au Jourdain où ils purent enfin reprendre haleine.
15
Absalom ainsi que toute la troupe des hommes d'Israël étaient donc arrivés à Jérusalem. Ahitofel se trouvait avec lui.
16
Or, quand Houshaï l'Arkite, l'ami de David, arriva près d'Absalom, il lui dit : « Vive le roi ! Vive le roi ! »
17
Absalom dit à Houshaï : « Voilà comment tu es fidèle à ton ami ! Pourquoi n'es-tu pas allé avec lui ? »
18
Houshaï lui répondit : « Je n'y suis pas allé, car celui qui a été choisi par le Seigneur, par cette troupe et tous les hommes d'Israël, c'est bien à lui que j'appartiens et avec lui que je reste.
19
Et d'ailleurs, qui vais-je servir ? N'es-tu pas son fils ? Comme j'ai servi ton père, ainsi ferai-je pour toi. »
20
Puis, Absalom dit à Ahitofel : « Tenez conseil entre vous. Qu'allons-nous faire ? »
21
Ahitofel dit à Absalom : « Va vers les concubines de ton père, celles qu'il a laissées pour qu'elles gardent la maison. Tout Israël apprendra que tu t'es rendu odieux à ton père, et le pouvoir de tes partisans en sera affermi. »
22
On installa donc pour Absalom une tente sur la terrasse et il alla vers les concubines de son père à la vue de tout Israël.
23
En ce temps-là, le conseil donné par Ahitofel avait même valeur qu'une consultation de la parole de Dieu. Il en allait ainsi de tout conseil d'Ahitofel, aussi bien pour David que pour Absalom.

CHAPITRE 17

17 1 Ahitofel dit à Absalom : « Laisse-moi choisir douze mille hommes et partir cette nuit à la poursuite de David.
2
J'arriverai alors sur lui au moment où il sera fatigué et affaibli, et je le ferai trembler. Toute sa troupe prendra la fuite et je frapperai le roi quand il sera isolé.
3
C'est ainsi que je ramènerai à toi tout le peuple : frapper l'homme que tu recherches équivaut à te rallier tout le monde, et le peuple entier sera en paix. »
4
Cet avis parut judicieux à Absalom et à tous les anciens d'Israël.
5
Absalom poursuivit : « Appelle donc aussi Houshaï l'Arkite, pour que nous entendions ce qu'il a à dire, lui aussi. »
6
Houshaï se rendit auprès d'Absalom qui lui déclara : « Voilà comment Ahitofel a parlé. Devons-nous faire ce qu'il a dit ? Sinon, à toi de parler ! »
7
Houshaï répondit à Absalom : « Cette fois-ci, le conseil qu'a donné Ahitofel n'est pas bon. »
8
Puis il ajouta : « Tu connais toi-même ton père et ses hommes : de vaillants guerriers. Ils sont exaspérés comme une ourse sauvage privée de ses petits. Ton père est un homme de guerre : il ne passera pas la nuit avec le peuple.
9
Voici maintenant qu'il se cache dans quelque trou ou dans un autre endroit. S'il tombe sur les nôtres dès le début, il y aura toujours quelqu'un pour l'apprendre et dire : « C'est une défaite pour le peuple qui suit Absalom !»
10
Et alors, même un homme de valeur au cœur de lion sentirait fondre son courage, car tout Israël sait que ton père est un vaillant guerrier, et ses compagnons, des hommes de valeur.
11
Si j'ai un conseil à donner, le voici : que se rassemble auprès de toi tout Israël, depuis Dane jusqu'à Bershéba, en aussi grand nombre que les grains de sable au bord de la mer, et tu mèneras toi-même le combat.
12
Nous arriverons sur lui, quel que soit le lieu où il se trouve, nous nous poserons sur lui comme la rosée tombe sur la terre, et rien ne subsistera de lui, ni d'aucun de ses hommes.
13
S'il se retire dans une ville, tout Israël fera porter des cordes à cette ville, et nous l'entraînerons dans le torrent jusqu'à ce qu'on ne puisse plus y trouver le moindre caillou ! »
14
Alors Absalom et tous les hommes d'Israël déclarèrent : « Le conseil de Houshaï l'Arkite est meilleur que celui d'Ahitofel. » En effet, le Seigneur avait décrété de faire échouer le conseil d'Ahitofel, un bon conseil, pour amener le malheur sur Absalom.
15
Houshaï rapporta ceci aux prêtres Sadoc et Abiatar : « Voilà comment Ahitofel a conseillé Absalom et les anciens d'Israël, et voilà comment moi, je les ai conseillés.
16
Et maintenant, envoyez vite quelqu'un pour informer David et lui dire : « Ne passe pas cette nuit-ci dans les steppes du désert ; mais il faut absolument que tu traverses le Jourdain.» Sinon, ils ne feront qu'une bouchée du roi et de toute la troupe qui est avec lui. »
17
Or Jonathan et Ahimaas, les fils des prêtres Sadoc et Abiatar, étaient postés à Ein-Roguel. Une servante alla les informer pour qu'ils aillent à leur tour avertir le roi David. Eux-mêmes, en effet, ne pouvaient entrer en ville sans être repérés.
18
Toutefois, un jeune homme les aperçut et alla prévenir Absalom. Partis en grande hâte, ils arrivèrent tous deux à la maison d'un homme de Bahourim qui avait un puits dans sa cour. Ils y descendirent.
19
Sa femme prit une couverture qu'elle étendit au-dessus du puits ; elle y répandit ensuite du grain pilé, de sorte qu'on ne remarquait rien.
20
Les serviteurs d'Absalom entrèrent chez cette femme, dans la maison, et demandèrent : « Où sont Ahimaas et Jonathan ? » La femme leur répondit : « Ils ont dépassé le réservoir des eaux. » Les serviteurs cherchèrent sans les trouver et retournèrent à Jérusalem.
21
Après leur départ, les deux autres remontèrent du puits et s'en allèrent informer le roi David. Ils lui dirent : « Levez-vous et passez l'eau en toute hâte car Ahitofel a conseillé de vous attaquer. »
22
David se leva donc, ainsi que toute la troupe qui était avec lui, et ils passèrent le Jourdain ; au lever du jour, il n'en restait plus un seul qui n'ait passé le Jourdain.
23
Quant à Ahitofel, voyant que son conseil n'était pas suivi d'effet, il sella son âne et se mit en route pour regagner sa maison, dans sa ville. Il donna ses instructions aux gens de sa maison. Puis il se pendit, mourut et fut enseveli dans le tombeau de son père.
24
David arrivait à Mahanaïm, quand Absalom traversait le Jourdain avec tous les hommes d'Israël.
25
Absalom avait mis à la tête de l'armée Amasa pour remplacer Joab. Amasa était le fils d'un certain Yitra l'Israélite, qui s'était uni à Abigal, fille de Nahash et sœur de Cerouya, mère de Joab.
26
Israël et Absalom établirent leur camp au pays de Galaad.
27
Dès que David fut arrivé à Mahanaïm, se présentèrent : Shobi, fils de Nahash – de Rabba-des-fils-d'Amone –, Makir, fils d'Ammiel – de Lo-Debar – et Barzillaï le Galaadite – de Roguelime.
28
Ils apportaient de la literie, des récipients, de la vaisselle, ainsi que du blé et de l'orge, de la farine et des épis grillés, des fèves et des lentilles,
29
du miel et de la crème, des moutons et des quartiers de bœuf. Ils apportaient ces provisions pour David et la troupe qui était avec lui, car ils s'étaient dit : « Dans le désert, toute la troupe a souffert de la faim, de la fatigue et de la soif. »

CHAPITRE 18

18 1 David passa en revue ses troupes et mit à leur tête des officiers de millier et des officiers de centaine.
2
Puis il leur donna le signal du départ : un tiers était mené par Joab, un tiers par Abishaï, fils de Cerouya, frère de Joab, un tiers par Ittaï le Guittite. Le roi dit à la troupe : « Il faut que je sorte avec vous, moi aussi, pour le combat ! »
3
Mais la troupe répliqua : « Tu ne dois pas sortir. S'il nous fallait prendre la fuite, on ne ferait pas attention à nous, et si la moitié d'entre nous venait à mourir, on n'y ferait pas attention non plus ! Toi, tu es comme dix mille d'entre nous, et mieux vaut que tu puisses nous secourir depuis la ville. »
4
Le roi leur dit : « Je ferai ce que bon vous semble. » Et il se tint près de la porte de la ville, pendant que toute la troupe en sortait, regroupée par centaines et par milliers.
5
À Joab, Abishaï et Ittaï, le roi donna alors cet ordre : « Par égard pour moi, ménagez le jeune Absalom ! » Et toute la troupe entendit quand le roi donna cet ordre aux chefs à propos d'Absalom.
6
Les troupes sortirent dans la campagne à la rencontre d'Israël, et le combat eut lieu dans la forêt d'Éphraïm.
7
C'est là que les troupes d'Israël furent battues par les serviteurs de David et qu'il y eut de grandes pertes : vingt mille hommes, ce jour-là !
8
Le combat s'éparpilla ensuite dans tout le pays, et la forêt dévora encore plus d'hommes parmi le peuple que l'épée n'en avait dévoré ce jour-là.
9
Absalom se retrouva par hasard en face des serviteurs de David. Il montait un mulet, et le mulet s'engagea sous la ramure d'un grand térébinthe. La tête d'Absalom se prit dans les branches, et il resta entre ciel et terre, tandis que le mulet qui était sous lui continuait d'avancer.
10
Quelqu'un l'aperçut et avertit Joab : « Je viens de voir Absalom suspendu dans un térébinthe. »
11
Joab dit à l'homme qui l'avait averti : « Tu l'as vu ! Pourquoi donc ne l'as-tu pas frappé et abattu sur place ? J'aurais dû alors te donner dix pièces d'argent et une ceinture. »
12
L'homme répondit à Joab : « Même si je soupesais maintenant, dans la paume de mes mains, mille pièces d'argent, je ne porterais pas la main sur le fils du roi, car nous avons entendu de nos oreilles l'ordre que le roi vous a donné à toi, à Abishaï et à Ittaï : « Par égard pour moi, veillez sur le jeune Absalom !»
13
Et si j'avais commis cette trahison au péril de ma vie, comme rien n'échappe au roi, tu te serais toi-même tenu à l'écart. »
14
Joab lui dit : « Je ne vais pas perdre mon temps avec toi ! » Et il se saisit de trois épieux qu'il planta dans le cœur d'Absalom, encore vivant au milieu du térébinthe.
15
Alors, dix jeunes écuyers au service de Joab entourèrent Absalom pour le frapper à mort.
16
Joab sonna du cor. La troupe, faisant demi-tour, cessa de poursuivre Israël, car Joab l'en empêcha.
17
On prit Absalom, on le jeta dans la grande fosse en pleine forêt, et l'on érigea par-dessus un monceau de pierres très imposant. Tout Israël s'était enfui, chacun à ses tentes.
18
De son vivant, Absalom avait entrepris de se faire ériger une stèle, qui se trouve dans la vallée du Roi. Il se disait : « Je n'ai pas de fils pour faire mémoire de mon nom. » Il donna son nom à la stèle. Aujourd'hui encore, on l'appelle « Monument d'Absalom ».
19
Ahimaas, fils de Sadoc, dit à Joab : « Permets que je coure porter au roi la bonne nouvelle : le Seigneur lui a rendu justice en l'arrachant aux mains de ses ennemis ! »
20
Mais Joab lui répondit : « Non ! Aujourd'hui, tu ne serais pas un porteur de bonne nouvelle. Tu le seras un autre jour. Mais aujourd'hui tu ne peux porter une bonne nouvelle, car c'est le fils du roi qui est mort. »
21
Et Joab dit à l'Éthiopien : « Va rapporter au roi ce que tu as vu ! » L'Éthiopien se prosterna devant Joab, puis il partit en courant.
22
Mais Ahimaas, fils de Sadoc, insista et dit à Joab : « Quoi qu'il arrive, permets que je coure aussi, derrière l'Éthiopien. » Joab lui dit : « Pourquoi veux-tu courir, toi aussi, mon fils, alors qu'il n'y a pas de bonne nouvelle qui te vaudrait une récompense ? »
23
Ahimaas répondit : « Quoi qu'il arrive, je veux courir. » Et Joab lui dit : « Cours ! » Ahimaas prit en courant le chemin de la région du Jourdain. Il dépassa l'Éthiopien.
24
David était assis à l'intérieur de la double porte de la ville. Un guetteur allait et venait sur la terrasse de la porte, au-dessus du rempart ; comme il regardait au loin, il aperçut un homme seul qui courait.
25
Le guetteur cria pour avertir le roi, et le roi dit : « S'il est seul, c'est qu'il a une bonne nouvelle à nous annoncer. » Tandis que l'homme continuait d'approcher,
26
le guetteur en vit accourir un autre. Il cria au portier : « Voici encore un homme en train de courir seul ! » Le roi dit alors : « Celui-là aussi apporte une bonne nouvelle. »
27
Le guetteur ajouta : « Je reconnais la façon de courir du premier : c'est celle d'Ahimaas, fils de Sadoc. » Le roi dit alors : « C'est un homme de bien. Il vient sûrement porter une bonne nouvelle. »
28
Ahimaas s'approcha et dit au roi : « C'est la paix ! » Il se prosterna, face contre terre, devant le roi et ajouta : « Béni soit le Seigneur ton Dieu : il a livré les hommes qui s'en étaient pris à mon seigneur le roi. »
29
Le roi demanda : « Le jeune Absalom est-il en bonne santé ? » Ahimaas répondit : « J'ai bien remarqué une grande agitation au moment où Joab a envoyé l'Éthiopien, serviteur du roi, et ton serviteur, mais je ne sais pas ce qu'il y avait. »
30
Le roi lui dit : « Écarte-toi et tiens-toi là. » Il s'écarta et attendit.
31
Alors arriva l'Éthiopien, qui déclara : « Bonne nouvelle pour mon seigneur le roi ! Le Seigneur t'a rendu justice aujourd'hui, en t'arrachant aux mains de tous ceux qui se dressaient contre toi. »
32
Le roi demanda : « Le jeune Absalom est-il en bonne santé ? » Et l'Éthiopien répondit : « Qu'ils aient le sort de ce jeune homme, les ennemis de mon seigneur le roi, et tous ceux qui se sont dressés contre toi pour le mal ! »

CHAPITRE 19

19 1 Alors le roi fut bouleversé, il monta dans la salle au-dessus de la porte, et il se mit à pleurer. Tout en marchant, il disait : « Mon fils Absalom ! mon fils ! mon fils Absalom ! Pourquoi ne suis-je pas mort à ta place ? Absalom, mon fils ! mon fils ! »
2
On alla prévenir Joab : « Voici que le roi pleure : il est en deuil d'Absalom. »
3
La victoire, ce jour-là, se changea en deuil pour toute l'armée, car elle apprit ce jour-là que le roi était dans l'affliction à cause de son fils.
4
Et ce jour-là, l'armée rentra dans la ville à la dérobée, comme se dérobe une armée qui s'est couverte de honte en fuyant durant la bataille.
5
Le roi s'était voilé le visage et criait à pleine voix : « Mon fils Absalom ! Absalom, mon fils ! mon fils ! »
6
Alors Joab alla trouver le roi dans sa maison et lui dit : « Aujourd'hui, tu couvres de confusion le visage de tous tes serviteurs, eux qui, aujourd'hui, t'ont sauvé la vie à toi, à tes fils et à tes filles, à tes femmes et à tes concubines.
7
En manifestant de l'amour envers ceux qui te haïssent et de la haine envers ceux qui t'aiment, tu montres aujourd'hui que chefs et serviteurs ne sont rien pour toi. Oui, aujourd'hui je comprends : si Absalom était vivant et que nous soyons tous morts aujourd'hui, tu trouverais cela très bien.
8
Mais maintenant, lève-toi, sors et va parler au cœur de tes serviteurs ! Sinon, par le Seigneur j'en fais le serment : si tu ne sors pas, personne, ce soir, ne restera avec toi pour passer la nuit, et ce serait pour toi un malheur pire que tous ceux qui te sont arrivés, depuis ta jeunesse jusqu'à maintenant. »
9
Alors le roi se leva et vint s'asseoir à la porte de la ville. On informa tout le peuple en disant : « Voici que le roi est assis à la porte ! » Et le peuple se présenta devant le roi. Israël s'était enfui, chacun à ses tentes.
10
Or, dans toutes les tribus d'Israël, les gens se mirent à discuter. On disait : « Le roi nous avait délivrés de la main de nos ennemis et fait échapper à la main des Philistins. Or maintenant, il a dû fuir le pays à cause d'Absalom.
11
Mais Absalom, lui à qui nous avons donné l'onction royale, il est mort au combat ! Alors, comment ne faites-vous rien pour que le roi revienne ? »
12
De son côté, le roi David envoya dire aux prêtres Sadoc et Abiatar : « Vous parlerez ainsi aux anciens de Juda : « Pourquoi seriez-vous les derniers à faire revenir le roi dans sa maison ? La question que se pose tout Israël est déjà parvenue auprès du roi, chez lui !
13
Vous êtes mes frères, vous êtes mes os et ma chair. Alors, pourquoi seriez-vous les derniers à faire revenir le roi ?»
14
Vous direz aussi à Amasa : « N'es-tu pas mes os et ma chair ? Que Dieu amène le malheur sur moi, et pire encore, si tu ne deviens pas, pour toujours, le chef de mon armée à la place de Joab.» »
15
C'est ainsi qu'il inclina vers lui le cœur de tous les hommes de Juda comme le cœur d'un seul homme, si bien qu'ils envoyèrent dire au roi : « Reviens, toi et tous tes serviteurs ! »
16
Le roi revint donc et arriva au Jourdain tandis que les hommes de Juda arrivaient à Guilgal, pour aller à la rencontre du roi et lui faire passer le Jourdain.
17
Shiméï, fils de Guéra, le Benjaminite de Bahourim, se hâta de descendre avec les hommes de Juda, à la rencontre du roi David.
18
Mille hommes de Benjamin l'accompagnaient, ainsi que Ciba, serviteur de la maison de Saül, avec ses quinze fils et ses vingt serviteurs. Ils se précipitèrent vers le Jourdain, au devant du roi,
19
et le bac traversa pour faire passer la maison du roi ; ils agirent ainsi pour se rendre agréables à ses yeux. Lors de ce passage, Shiméï, fils de Guéra, se jeta aux pieds du roi
20
et lui dit : « Que mon seigneur le roi ne retienne pas l'offense ! Ne te souviens plus que ton serviteur t'a offensé le jour où mon seigneur le roi est sorti de Jérusalem ! Que le roi ne prenne pas cela à cœur !
21
Oui, ton serviteur le sait : j'ai péché. Mais aujourd'hui je suis venu, précédant toute la maison de Joseph, pour descendre à la rencontre de mon seigneur le roi. »
22
Abishaï, fils de Cerouya, prit alors la parole : « Serait-ce là un motif pour ne pas mettre à mort Shiméï, lui qui a maudit le messie du Seigneur ? »
23
Mais David lui répliqua : « Que me voulez-vous, les fils de Cerouya, en vous faisant aujourd'hui mes adversaires ? Aujourd'hui, on mettrait quelqu'un à mort ? En effet, ne suis-je pas certain d'être aujourd'hui roi sur Israël ? »
24
Et le roi dit à Shiméï : « Tu ne mourras pas. » Le roi lui en fit le serment.
25
Mefibosheth, fils de Saül, descendit à la rencontre du roi. Il n'avait pris aucun soin de ses pieds, ni de sa barbe, ni lavé ses vêtements, depuis le jour où le roi était parti jusqu'à ce jour où il revenait en paix.
26
Or, comme il arrivait de Jérusalem pour rencontrer le roi, celui-ci lui demanda : « Pourquoi n'es-tu pas venu avec moi, Mefibosheth ? »
27
Il répondit : « Mon seigneur le roi, c'est que mon serviteur Ciba m'a trompé ! En effet, je m'étais dit : « Je vais seller mon ânesse et la monter pour m'en aller avec le roi» – puisque ton serviteur est boiteux.
28
Ciba a bien calomnié ton serviteur auprès de mon seigneur le roi ! Mais mon seigneur le roi est comme un ange de Dieu : alors, agis comme bon te semble.
29
Pour mon seigneur le roi, en effet, la maison de mon père ne comptait que des hommes qui méritaient la mort, et pourtant tu as admis ton serviteur parmi ceux qui mangent à ta table. Ai-je encore un droit ? Que puis-je encore réclamer au roi ? »
30
Le roi lui dit : « Pourquoi continuer à te répandre en paroles ? Je le déclare : Toi et Ciba, vous vous partagerez les terres. »
31
Mefibosheth dit alors au roi : « Qu'il prenne même le tout, du moment que mon seigneur le roi rentre chez lui en paix ! »
32
Barzillaï le Galaadite était descendu de Roguelim. Il devait passer le Jourdain avec le roi, pour ensuite prendre congé de lui près du Jourdain.
33
Or, Barzillaï était très vieux : il avait quatre-vingts ans. C'est lui qui avait pourvu à l'entretien du roi lors de son séjour à Mahanaïm : c'était un personnage important.
34
Le roi dit à Barzillaï : « Continue avec moi ! À Jérusalem, quand tu seras près de moi, j'assurerai ton entretien. »
35
Barzillaï dit au roi : « Combien d'années me reste-t-il à vivre, pour que je monte avec le roi à Jérusalem ?
36
J'ai aujourd'hui quatre-vingts ans. Est-ce que je peux discerner entre le bon et le mauvais ? Ton serviteur peut-il apprécier ce qu'il mange et ce qu'il boit ? entendre encore la voix des chanteurs et des chanteuses ? Pourquoi ton serviteur devrait-il encore être une charge pour mon seigneur le roi ?
37
C'est à peine si ton serviteur pourrait passer le Jourdain avec le roi ! Alors pourquoi le roi m'accorderait-il une telle récompense ?
38
Permets que ton serviteur s'en retourne et que je meure dans ma ville, près de la tombe de mon père et de ma mère. Mais voici ton serviteur Kimham : c'est lui qui passera avec mon seigneur le roi. Fais donc pour lui ce qui est bon à tes yeux ! »
39
Le roi dit : « Kimham passera avec moi, et moi, je ferai pour lui ce qui est bon à tes yeux. Quoi que tu choisisses, je le ferai pour toi. »
40
Quand tout le peuple, ainsi que le roi, allait passer le Jourdain, le roi embrassa et bénit Barzillaï qui s'en retourna chez lui.
41
Le roi continua vers Guilgal, accompagné de Kimham. Tout le peuple de Juda, ainsi que la moitié du peuple d'Israël, avaient fait passer au roi le Jourdain.
42
Alors tous les hommes d'Israël, venant auprès du roi, lui dirent : « Pourquoi donc nos frères, ceux de Juda, t'ont-ils accaparé pour faire passer le Jourdain au roi et à sa maison, alors que tous les hommes de David étaient avec lui ? »
43
Tous les hommes de Juda répliquèrent aux hommes d'Israël : « C'est que le roi est plus proche de nous. Pourquoi vous irriter de cela ? Avons-nous mangé quelque chose aux dépens du roi ? Nous a-t-il fait des cadeaux ? »
44
Israël répondit à Juda : « J'ai dix fois des droits sur le roi, si bien que, même pour David, je suis plus que toi. Pourquoi m'as-tu méprisé ? N'ai-je pas été le premier à demander que revienne mon roi ? » Mais la parole des hommes de Juda l'emporta sur celle des hommes d'Israël.

CHAPITRE 20

20 1 Un vaurien se trouvait là, un dénommé Shéba, fils de Bikri, un Benjaminite. Il se mit à sonner du cor et déclara : « Pour nous, aucune part avec David, pas d'héritage avec le fils de Jessé. Chacun à ses tentes, Israël ! »
2
Alors tous les hommes d'Israël quittèrent David et montèrent à la suite de Shéba, fils de Bikri, tandis que les hommes de Juda, depuis le Jourdain jusqu'à Jérusalem, restèrent attachés aux pas de leur roi.
3
David rentra chez lui, à Jérusalem. Il prit les dix concubines qu'il avait laissées pour garder sa maison et les mit dans une maison sous bonne garde. Il pourvut à leur entretien mais ne s'en approcha plus. Elles furent séquestrées jusqu'au jour de leur mort, comme des veuves d'un vivant.
4
Le roi dit à Amasa : « Convoque-moi les hommes de Juda dans les trois jours. Puis, tiens-toi ici ! »
5
Amasa s'en alla convoquer Juda, mais il prit du retard sur le délai que David lui avait fixé.
6
David dit à Abishaï : « Maintenant, c'est Shéba, fils de Bikri, qui va être pour nous pire qu'Absalom. Toi, donc, prends les serviteurs de ton maître et poursuis-le, avant qu'il ne trouve des villes fortifiées et qu'il n'échappe à nos regards ! »
7
Alors partirent en campagne derrière Abishaï les hommes de Joab, les Kerétiens et les Pelétiens ainsi que toute l'élite des guerriers. Ils sortirent de Jérusalem à la poursuite de Shéba, fils de Bikri.
8
Ils se trouvaient près de la Grande Pierre qui est à Gabaon, quand Amasa arriva en face d'eux. Joab était équipé de sa tenue et, par-dessus, d'un ceinturon autour des reins, avec une épée dans son fourreau. Elle tomba tandis qu'il s'avançait.
9
Joab dit à Amasa : « Vas-tu bien, mon frère ? » Et, de sa main droite, il saisit Amasa par la barbe pour l'embrasser.
10
Mais Amasa n'avait pas fait attention à l'épée que Joab avait reprise en main. Celui-ci l'en frappa au ventre, et ses entrailles se répandirent à terre. Il n'eut pas à s'y prendre à deux fois, et Amasa mourut. Joab et son frère Abishaï repartirent à la poursuite de Shéba, fils de Bikri.
11
L'un des serviteurs de Joab était resté près du corps et disait : « Quiconque est en faveur de Joab, quiconque est pour David, qu'il suive Joab ! »
12
Cependant, Amasa avait roulé dans son sang, au beau milieu de la route, et l'homme s'aperçut que tout le peuple s'arrêtait là. Il tira le corps d'Amasa à l'écart de la route dans un champ et jeta sur lui un manteau, s'étant aperçu que tous ceux qui arrivaient près de lui s'arrêtaient.
13
Dès qu'il l'eut enlevé de la route, tout le monde se lança derrière Joab à la poursuite de Shéba, fils de Bikri.
14
Joab parcourut toutes les tribus d'Israël jusqu'à Abel-Beth-Maaka. Tous les alliés se rassemblèrent et partirent eux-aussi derrière lui.
15
Ils arrivèrent pour assiéger Shéba dans Abel-Beth-Maaka. Ils amoncelèrent contre la ville un remblai qui s'adossait à l'avant-mur, et toute cette troupe qui était avec Joab se mit à saper le rempart pour le faire tomber.
16
Mais une femme avisée s'écria depuis la ville : « Écoutez, écoutez donc ! Veuillez dire à Joab : « Approche-toi jusqu'ici, je veux te parler». »
17
Joab s'approcha d'elle, et la femme lui demanda : « Est-ce bien toi, Joab ? – C'est moi », répondit-il. Elle lui dit : « Écoute les paroles de ta servante ! » Il répondit : « J'écoute. »
18
Elle poursuivit : « Jadis on disait : « Interroge Abel, l'affaire sera close.»
19
Moi, je suis en Israël des plus pacifiques et des plus sûres, et toi, tu cherches à faire périr cette ville, qui est une mère en Israël ! Pourquoi veux-tu engloutir l'héritage du Seigneur ? »
20
Joab lui répondit : « Quelle horreur, quelle horreur pour moi, que d'engloutir et de saccager !
21
Il ne s'agit pas de cela, mais il y a un homme de la montagne d'Éphraïm, un dénommé Shéba, fils de Bikri, qui a levé la main contre le roi David. Livrez-le, lui seul, et je m'éloignerai de la ville. » La femme dit à Joab : « Eh bien, sa tête, on va te la jeter par-dessus le rempart ! »
22
Cette femme avisée vint faire part à tout le peuple de sa proposition. Ils coupèrent alors la tête de Shéba, fils de Bikri, et la jetèrent à Joab. Celui-ci sonna du cor, et l'on se dispersa loin de la ville, chacun à ses tentes. Joab, quant à lui, revint à Jérusalem auprès du roi.
23
Joab commandait toute l'armée d'Israël. Benaya, fils de Joad, dirigeait les Kerétiens et les Pelétiens.
24
Adoram était chef de la corvée. Josaphat, fils d'Ahiloud, était archiviste.
25
Shéwa était scribe. Sadoc et Abiatar étaient prêtres.
26
Il y avait aussi Ira, descendant de Yaïr, qui était prêtre au service de David.

CHAPITRE 21

21 1 Il y eut une famine au temps de David, pendant trois années de suite, et David consulta le Seigneur. Et le Seigneur répondit : « Sur Saül et sur sa maison, il y a du sang, parce qu'il a fait mourir les Gabaonites. »
2
Alors le roi convoqua les Gabaonites et leur parla. Les Gabaonites n'étaient pas des fils d'Israël mais se rattachaient à quelques survivants des Amorites. Les fils d'Israël s'étaient engagés envers eux par serment, mais Saül, dans son zèle pour Israël et Juda, avait cherché à les abattre.
3
David déclara donc aux Gabaonites : « Que faire pour vous et comment réparer, afin que vous bénissiez l'héritage du Seigneur ? »
4
Ils lui dirent : « À propos de Saül et de sa maison, il ne s'agit pas pour nous d'or ou d'argent, ni de quelqu'un d'autre à faire mourir en Israël. » David déclara : « Ce que vous direz, je le ferai pour vous. »
5
Ils dirent au roi : « Cet homme qui voulait nous exterminer, qui pensait nous anéantir et nous éliminer de tout le territoire d'Israël,
6
qu'on nous livre sept de ses descendants : pour le Seigneur, nous les écartèlerons à Guibéa de Saül, sur la montagne du Seigneur. » Le roi dit : « Moi, je vous les livre. »
7
Cependant, le roi épargna Mefibosheth, fils de Jonathan, fils de Saül, à cause du serment au nom du Seigneur qui liait entre eux David et Jonathan, fils de Saül.
8
Le roi prit donc les deux fils que Rispa, fille d'Ayya, avait donnés à Saül, Armoni et Mefibosheth, et les cinq fils que Mérab, fille de Saül, avait donnés à Adriel, fils de Barzillaï, de Mehola,
9
et il les livra aux mains des Gabaonites qui les écartelèrent sur la montagne, devant le Seigneur. Ils succombèrent tous les sept ensemble. C'était le temps de la moisson. Ils furent mis à mort dans les premiers jours, au commencement de la moisson des orges.
10
Rispa, fille d'Ayya, prit un sac qu'elle étendit pour elle sur le rocher ; elle y resta depuis le commencement de la moisson des orges jusqu'à ce que l'eau du ciel se répandît sur les corps ; elle ne laissa pas les oiseaux du ciel venir sur eux pendant le jour, ni les bêtes sauvages pendant la nuit.
11
On informa David de ce qu'avait fait Rispa, fille d'Ayya, la concubine de Saül.
12
Alors David alla reprendre les ossements de Saül et de son fils Jonathan aux notables de Yabesh-de-Galaad : ceux-ci les avaient dérobés sur la place de Beth-Shéane où les Philistins les avaient suspendus, quand Saül était tombé sous leurs coups à Gelboé.
13
David rapporta donc de Yabesh les ossements de Saül et de son fils Jonathan ; on recueillit aussi les ossements de ceux qu'on avait écartelés.
14
Les ossements de Saül avec ceux de son fils Jonathan furent ensevelis au pays de Benjamin, à Céla, dans la tombe de Kish, son père. On fit tout ce que le roi avait ordonné. Après quoi, Dieu se montra favorable envers le pays.
15
Il y eut encore une bataille des Philistins contre Israël, et David descendit avec ses serviteurs. Ils combattirent les Philistins, et David en fut épuisé.
16
Yishbi-Benob, un descendant du géant Rafa, qui avait une lance d'un poids de trois cents sicles, poids du bronze, et une épée neuve à la ceinture, parlait de frapper David.
17
Mais Abishaï, fils de Cerouya, vint au secours de David et frappa le Philistin à mort. Alors les hommes de David se mirent à l'adjurer en disant : « Tu ne sortiras plus avec nous au combat, tu n'éteindras pas la lampe d'Israël ! »
18
Après quoi, il y eut encore une bataille contre les Philistins à Gob. C'est alors que Sibbekaï de Housha abattit Saf, l'un des descendants du géant Rafa.
19
Il y eut encore une autre bataille contre les Philistins à Gob. Elhanane, fils de Yaaré-Oreguim, de Bethléem, abattit Goliath de Gath, celui dont le bois de la lance était comme le rouleau d'un métier à tisser.
20
Il y eut encore une bataille à Gath. Là se trouvait un homme de haute taille qui avait six doigts aux mains et six doigts aux pieds, vingt-quatre en tout. Lui aussi était un descendant du géant Rafa.
21
Comme il défiait Israël, Jonathan, fils de Shiméa, un frère de David, l'abattit.
22
Ces quatre-là étaient des descendants de Rafa, à Gath. Ils tombèrent sous les coups de David et de ses serviteurs.

CHAPITRE 22


2Samuel (LIT) 16